QUATRE VÉRITÉS POUR CULTIVER L'ESPÉRANCE

J’attire votre attention sur cette exhortation qui se trouve dans 1 P 3.15 : Mais sanctifiez dans vos cœurs Christ le Seigneur, étant toujours prêts à vous défendre, avec douceur et respect, devant quiconque vous demande raison de l'espérance qui est en vous.


Nous, les chrétiens, devrions être un peuple connu pour son espérance, mais pour une grande partie d’entre nous, l’évangile que nous entendons semaines après semaines, a fait de nous un peuple non pas rempli d’espérance, mais de vœux pieux. Nous devrions être forts dans la foi, mais le christianisme « blingbling » de notre époque, faible en vraie spiritualité, nous a affaiblis en nous privant de convictions profondes et solides.

Si vous ressentez la désillusion d’une vie chrétienne en dents de scie, d’une vie caractérisée par la déficience spirituelle, la bonne nouvelle est que Dieu vous offre une espérance vivante basée sur sa grâce souveraine. C’est ce que nous apprennent les passages suivants :

1 P 1.3 : Béni soit Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus Christ, qui, selon sa grande miséricorde, nous a régénérés, pour une espérance vivante, par la résurrection de Jésus Christ d'entre les morts.

2 Th 2.16 : Que notre Seigneur Jésus Christ lui-même, et Dieu notre Père, qui nous a aimés, et qui nous a donné par sa grâce une consolation éternelle et une bonne espérance.


Dans une des lettres de nouvelles que reçoivent tous ceux qui sont inscrits sur notre site, j’ai récemment partagé une belle définition de l’espérance. Permettez-moi de la citer ici : « l'espérance est une corde qui nous relie à une vérité pas encore vécue ». Le mot clé de cette d