RÉSISTER AU DÉCOURAGEMENT

Dans un précédent article, nous avons parlé de l’importance du courage. J’aimerai rappeler la définition que l’Encyclopédie en ligne Wikipédia donne du courage : « Le courage est une vertu qui permet d'entreprendre des choses difficiles en surmontant la peur, et en affrontant le danger, la souffrance et la fatigue ». Vous ne seriez pas étonné si je vous disais que l’opposé du courage, c’est le découragement. Ce n’est un secret pour personne. Dans cet article, nous avons vu combien il est important de « prendre courage » devant les situations problématiques que nous rencontrons parfois dans la vie. C’est ce courage qui nous permet de surmonter notre peur et d’affronter les défis qui nous font face. Mais s’il est important de prendre courage, il est tout aussi important de résister au découragement qui ne manquera pas de frapper à la porte de notre cœur. Avant de comprendre comment y parvenir, lisons ensemble quelques textes du Nouveau Testament.

Jn 12.27 : Maintenant mon âme est troublée. Et que dirais-je ? … Père, délivre-moi de cette heure ? … Mais c’est pour cela que je suis venu jusqu’à cette heure.

Jn 13.21 : Ayant ainsi parlé, Jésus fut troublé en son esprit, et il dit expressément : En vérité, en vérité, je vous le dis, l’un de vous me livrera.

Jn 14.1 : Que votre cœur ne se trouble point. Croyez en Dieu, et croyez en moi.

Jn 14.27 : Je vous laisse la paix, je vous donne ma paix. Je ne vous donne pas comme le monde donne. Que votre cœur ne se trouble point, et ne s’alarme point.


Dans ces quatre versets, nous retrouvons chaque fois le même verbe : troubler. Il vient d’un mot grec qui signifie « être anxieux et déprimé, perdre sa sérénité, être privé de repos ». Ce terme est utilisé lorsqu’on parle de « Quelqu’un qui est sous le choc d’un évènement douloureux, qui subit un état de stress sévère, et qui se retrouve privé de toute tranquillité d’esprit ».


A plusieurs reprises dans