DISCIPLINE DE LA PIÉTÉ - 2ème PARTIE

Reprenons ce texte dans 1 Ti 4.8 : Exerce-toi à la piété ; car l’exercice corporel est utile à peu de chose, tandis que la piété est utile à tout : elle a la promesse de la vie présente et de celle qui est à venir. Il a servi de base à notre réflexion sur la discipline de la piété. Je vous avais dit que si vous voulez être un disciple attaché à Jésus votre maître, il y a sept aspects de la discipline de la piété que vous devez incorporer à et développer dans votre vie. Nous avons déjà examiné la première d’entre elles :


1. Nourrissez-vous abondamment de la parole de Dieu.

Vous trouverez les explications dans la première partie de l’article. Examinons maintenant les six autres aspects.


2. Saturez votre vie de prière.

Lisons Mc 1.35 : Vers le matin, pendant qu’il faisait encore très sombre, il se leva, et sortit pour aller dans un lieu désert, où il pria.

Suivez l'exemple de Jésus et commencez votre journée en priant votre Père céleste. Si vous ne savez pas quoi prier, servez-vous de la prière enseignée par le Seigneur dans Mt 6.9-13 : le Notre Père. Il ne s’agit pas de la répéter par cœur, comme c’est le cas dans certaines traditions chrétiennes, mais de suivre le canevas qu’elle comporte. De toute façon, comment un chrétien peut-il n’avoir rien à dire dans sa prière ? C’est un vrai mystère pour moi.


Comment n’avoir rien à dire à votre ami le plus intime ? Car c’est bien de cela dont il s’agit : d’intimité avec Christ. Ouvrez-lui votre cœur, parlez-lui des choses les plus secrètes que vous ne partageriez avec personne. Mais avec lui, vous pouvez les partager, d’autant plus qu’il les connaît déjà... Mais s’il les connaît déjà, pourquoi lui en parler alors ? Eh bien tout simplement parce que vous voulez lui en parler. C’est un désir et un choix. Faites-le simplement : parlez avec Jésus. Parlez à Jésus.


Paul dit dans 1 Th 5.17 : Priez sans cesse. Cela ne veut pas dire que vous devez être constamment sur vos genoux pour prier. Non, bien sûr, c’est impossible ! Le plus important, c’est de maintenir un esprit et une attitude de prière, ce qui implique de parler librement à Dieu en toutes circonstances, que ce soit de façon audible ou intérieurement en silence.


Le même apôtre Paul dit dans Ep 6.18 : Faites en tout temps par l’Esprit toutes sortes de prières et de supplications. Veillez à cela avec une entière persévérance, et priez pour tous les saints. En d’autres mots, saisissez toutes les occasions pour soupirer ou exprimer une prière au Seigneur. Demandez à Dieu de vous conduire par le Saint-Esprit à prier selon sa volonté, et surtout faites-le avec persévérance. Laissez-moi vous donner ma définition personnelle de la persévérance : « le faire même quand on n’en a pas envie ». En d’autres mots, ce ne sont pas nos émotions ou notre ressenti qui doivent dicter nos actions, mais c’est notre obéissance à la Parole de Dieu.


3. Veillez à remercier Dieu régulièrement

Col 4.2 : Persévérez dans la prière, veillez-y avec actions de grâces.

Si nous devons persévérer dans la prière et le faire avec actions de grâces, cela signifie que nous devons persévérer dans l’actions de grâces également. C’est pourquoi nous devons y veiller ! J’ai remarqué que beaucoup de chrétiens ne veillent pas sur leurs actions de grâce. Ce que je veux dire c’est qu’ils oublient ou négligent de rendre grâce à Dieu. Ils sont tellement prompts à demander, qu’ils manquent de remercier Dieu pour tout ce qu’il a déjà fait.


Je préfère personnellement remercier Dieu, même s’il me manque du temps pour exposer mes requêtes, requêtes que Dieu connaît de toutes façons avant que je les expose. Oui, je préfère rendre grâce à Dieu, même si je n’ai pas le temps de prier ! Je vous propose de respecter le protocole donné par Dieu dans le Ps 100.4 : Entrez dans ses portes avec des louanges, Dans ses parvis avec des cantiques ! Célébrez-le, bénissez son nom ! C’est pourquoi je dis qu’il faut veiller à ce que nous disons lorsque nous commençons à prier : d’abord la louange et l’actions de grâces...


L’actions de grâce, qui consiste à remercier Dieu, est la marque du savoir-vivre des croyants qui s’approchent de Dieu avec révérence. Paul déclare dans 1 Th 5.18 : Rendez grâces en toutes choses, car c’est à votre égard la volonté de Dieu en Jésus-Christ. Souvenez-vous des bénédictions générales et spécifiques de Dieu dans votre vie et remerciez-le quotidiennement. Et si vous êtes éprouvés, remerciez-le quand même, car la Bible dit « en toutes choses ».


4. Examinez attentivement votre cœur.

N’oublions jamais que la cible préférée du diable c’est notre cœur, et qu’il va toujours essayer de le détourner de la vérité ou de le souiller en y infiltrant des pensées et des sentiments contraires à la sainteté de Dieu. Jésus dit dans Mc 7.21-23 :

21 Car c’est du dedans, c’est du cœur des hommes, que sortent les mauvaises pensées, les adultères, les débauches, les meurtres,

22 les vols, les cupidités, les méchancetés, la fraude, le dérèglement, le regard envieux, la calomnie, l’orgueil, la folie.

23 Toutes ces choses mauvaises sortent du dedans, et souillent l’homme.


Une des disciplines fondamentales de la vie chrétienne consiste à examiner notre cœur pour le conserver pur. La protection dont nous devons entourer notre cœur est une nécessité absolue. C’est la raison pour laquelle Pr 4.23 dit : Garde ton cœur plus que toute autre chose, Car de lui viennent les sources de la vie. Quel verset ! Je suis époustouflé par sa simplicité et sa vérité...


Chrétien, examines ton cœur ! Fais-le attentivement. Regarde ce qu’il y a en lui. Observe. Ecoute. Qu’entends-tu ? Que vois-tu ? Que ressens-tu ? Ton cœur émet-il le son de la rancune, de la colère ou de la convoitise ? Ne détourne pas ton attention de ce qu’il y a dans ton cœur. Laisse la lumière de la vérité éclairer le fond de ton cœur, et tout amener à la surface. Ne t’enfuis pas devant ton cœur.


Si des rancunes, des vieilles blessures, des convoitises ou des désirs insensés font surface, il faut s’en occuper immédiatement dans la prière et la confession devant le Seigneur. Les Puritains des siècles passés pratiquaient ce qu’ils appelaient la mortification des péchés, c’est-à-dire le traitement sans compromis des péchés aussi bien intérieurs qu’extérieurs. Je crois que c’est de cela dont parle l’apôtre Paul dans 2 Co 7.1 : Ayant donc de telles promesses, bien-aimés, purifions-nous de toute souillure de la chair et de l'esprit, en achevant notre sanctification dans la crainte de Dieu.


Nous nous occupons des souillures de la chair, et nous avons raison de le faire : tout acte mauvais et répréhensible doit être abandonné et purifié par le sang de Jésus. Mais qu’en est-il des attitudes intérieures comme la colère, la convoitise, l’amertume ? Nous devons aussi en être purifiées, mais pour cela, nous devons les reconnaître et les confesser avec humilité dans la repentance.


5. Pratiquez la consécration intentionnelle

Ecoutez attentivement ces paroles de l’apôtre Paul dans Ro 6.13 : Ne livrez pas vos membres au péché, comme des instruments d’iniquité ; mais donnez-vous vous-mêmes à Dieu, comme étant vivants de morts que vous étiez, et offrez à Dieu vos membres, comme des instruments de justice. Ici, Paul ne parle pas de façon abstraite, mais il exprime un des aspects les plus pratiques de la vie chrétienne, mais aussi le plus mal connu des chrétiens : se consacrer à Dieu de façon intentionnelle.


En tant qu'enfant de Dieu, votre responsabilité consiste à vous efforcer d'honorer votre Père céleste dans votre comportement quotidien. Paul dit que nos membres ne doivent pas être des instruments d’iniquité, ce qui signifie que notre corps doit servir les intérêts de Dieu. Nous devons considérer nos membres comme des instruments de justice, c’est-à-dire qu’ils doivent servir à faire ce qui est juste et agréable aux yeux de Dieu.


Laissez-moi vous dire que cela commence par la consécration intentionnelle. Cela signifie que régulièrement, vous devez vous donner vous-même à Dieu, vous devez lui offrir vos membres pour accomplir ce qui est juste. Cela peut se faire dans une prière où nous le disons à Dieu en y impliquant notre cœur, et non du bout des lèvres seulement.


C’est pourquoi Paul dit dans Ro 12.1 : Je vous exhorte donc, frères, par les compassions de Dieu, à offrir vos corps comme un sacrifice vivant, saint, agréable à Dieu, ce qui sera de votre part un culte raisonnable. Notons le caractère objectif de cette consécration : c’est notre corps que nous offrons comme un sacrifice vivant. Rappelez-vous : il s’agit d’un sacrifice vivant et non pas mort ! C’est une décision qui doit s’exprimer d’une manière spécifique.


Personnellement, je pratique cette consécration tous les jours. Chaque matin, lorsque je prie, j’offre mon corps, mon âme et mon esprit à Dieu. Il y a dans cette pratique quotidienne une vertu insoupçonnée de la majorité des chrétiens : celle de nous rappeler à l’ordre lorsque nos actions s’éloignent de la volonté de Dieu. Si vous vous consacrez régulièrement et intentionnellement au Seigneur, si vous êtes tentés, pendant le cours de la journée, de faire quelque chose qui déplait au Seigneur, alors votre esprit offert au Seigneur vous avertira. Il tirera le signal d’alarme lorsque vous serez sur le point de franchir la ligne de démarcation entre la sanctification et le compromis. Vous aurez la force de dire « Non ! ». Mes amis, ne négligez pas cet aspect de la discipline, croyez-moi, elle peut faire toute la différence dans votre vie chrétienne.


6. Perfectionnez la grâce de donner.

Lu 6.38 : Donnez, et il vous sera donné, on versera dans votre sein une bonne mesure, serrée, secouée et qui déborde ; car on vous mesurera avec la mesure dont vous vous serez servis.

Dieu nous a placés dans un monde matériel, et nous l'honorons lorsque nous utilisons ce qu'il nous a donné de manière responsable et généreuse. Savez-vous qu’un de nos pires ennemis, c’est l’égoïsme ? Vous avez remarqué combien il est facile de tout ramener à soi ? Nous pouvons être très indifférents à un problème quelconque, mais si celui-ci nous concerne personnellement, il est étonnant de voir combien ce problème nous intéresse subitement...Vous l’avez remarqué ?


Nous sommes des consommateurs qui vivons dans une société individualiste où tout est ramené à notre petite personne. D’ailleurs, nous acquérons et nous accumulons au point de posséder beaucoup plus qu’il n’en faut.


Vous est-il arrivé de déménager ? Moi, je l’ai souvent fait. Que se passe-t-il alors ? Eh bien nous découvrons tout ce qui est en trop chez nous ! C’est surprenant comme un déménagement nous montre combien nous accumulons des choses inutiles chez nous. Inutiles, car en trop ! Il est bon de donner ce que nous avons en double ou en triple. En fait, il est bon de donner tout court. Donner est un signe de croissance spirituelle. Nous savons que nous avons grandi spirituellement quand nous pratiquons 2 Co 8.3-4 :

3 Ils ont, je l’atteste, donné volontairement selon leurs moyens, et même au-delà de leurs moyens,

4 nous demandant avec de grandes instances la grâce de prendre part à l’assistance destinée aux saints.


Dans ce passage, nous apprenons que « Donner » est une grâce. Les croyants de Corinthe considéraient que prendre part à l’assistance destinée aux saints, c’était une grâce. Ils ont même supplié les apôtres de leur permettre de vivre cette grâce. Incroyable, n’est-ce pas ? Quel exemple pour nous aujourd’hui...


Je crois que nous devrions perfectionner la grâce de donner, en sachant que c’est un des moyens les plus efficaces de vaincre notre ego et notre attachement au matérialisme. Donnez. Donnez de votre temps, de votre présence, de votre argent, de vos moyens, de votre aide, etc. Donnez. Donnez avec discernement, mais donnez. Et enfin :


7. Développez votre aptitude à la persévérance.

N'oubliez pas les six objectifs que nous venons de mentionner et que vous devez vous appliquer d'atteindre. N'abandonnez pas, peu importe à quel point vous êtes découragé à un moment donné. Ne lâchez jamais ! Gardez votre concentration face aux obstacles et considérez le bien qui résultera de vos efforts. N’oubliez pas les répercutions éternelles de votre piété d’aujourd’hui. Cela est confirmé par Hé 12.1-2 :

1 Nous donc aussi, puisque nous sommes environnés d'une si grande nuée de témoins, rejetons tout fardeau, et le péché qui nous enveloppe si facilement, et courons avec persévérance dans la carrière qui nous est ouverte,

2 ayant les regards sur Jésus, le chef et le consommateur de la foi, qui, en vue de la joie qui lui était réservée, a souffert la croix, méprisé l'ignominie, et s'est assis à la droite du trône de Dieu.


Nous sommes attendus dans la salle du trône de Dieu, mais nous avons des choix à faire pendant notre vie sur terre, si nous voulons être trouvés dignes de nous tenir devant Dieu. Les choses naturelles et charnelles peuvent nous envelopper si facilement, c’est pourquoi nous devons faire preuve de vigilance et de persévérance dans la discipline de la piété.


Savez-vous pourquoi la persévérance est si importante dans la vie chrétienne ? Je pourrais vous donner différentes raisons, mais je crois que la meilleure d’entre elles, nous la trouvons dans Ro 15.5 : Que le Dieu de la persévérance et de la consolation vous donne d'avoir les mêmes sentiments les uns envers les autres selon Jésus-Christ. Je relève une seule chose dans ce verset pour nous aujourd’hui : Dieu est appelé le Dieu de la persévérance ! Je crois que c’est la meilleure raison pour laquelle nous devons persévérer : parce que Dieu lui-même persévère.


En quoi Dieu persévère-t-il ? Oh, je crois que Dieu persévère dans son amour, dans sa patience, dans sa bienveillance envers nous, alors que nous sommes si souvent infidèles et déloyaux...Vous êtes d’accord ? Que le Seigneur nous remplisse de cette disposition à la persévérance et à la ténacité dans la foi, car He 6.12 déclare : ...que vous ne vous relâchiez point et que vous imitiez ceux qui, par la foi et la persévérance, héritent des promesses.


Puis, dans He 10.36 nous lisons : Car vous avez besoin de persévérance, afin qu'après avoir accompli la volonté de Dieu, vous obteniez ce qui vous est promis. Je vous ferai remarquer que les promesses de Dieu sont liées à notre persévérance. Priez pour développer votre aptitude à la persévérance. Je conclue par ce résumé des 7 habitudes que nous devons améliorer ou ajuster, si nous voulons pratiquer la discipline de la piété :

1. Nourrissez-vous abondamment de la parole de Dieu.

2. Saturez votre vie de prière.

3. Veillez à remercier Dieu régulièrement

4. Examinez attentivement votre cœur.

5. Pratiquez la consécration intentionnelle

6. Perfectionnez la grâce de donner.

7. Développez votre aptitude à la persévérance.


La balle est dans votre camp, à vous de passer à l’action.


A bientôt...



Posts récents

Voir tout