QUI CHOISIT QUI ? (8ème Partie)

Dernière mise à jour : 16 mai 2021

Il est possible que les explications données dans la 7ème partie de cette étude ne soulèvent une nouvelle objection qui concerne cette fois la droiture de Dieu : « Ce ne serait pas juste de la part de Dieu de choisir sans condition des individus au salut, au détriment de certains autres. C’est totalement arbitraire et cruel ! ». Mais l’apôtre a également anticipé cet argument, et y a répondu dans Ro 9.14-16 :

14 Que dirons-nous donc ? Y a-t-il en Dieu de l’injustice ? Loin de là !

15 Car il dit à Moïse : Je ferai miséricorde à qui je fais miséricorde et j’aurai compassion de qui j’ai compassion.

16 Ainsi donc, cela ne dépend ni de celui qui veut, ni de celui qui court, mais de Dieu qui fait miséricorde.



Pour contrer l’accusation d’injustice chez Dieu, principalement dans le domaine de l’élection, Paul cite un texte du livre de l’Exode (Cf. Ex 33), lorsque l’Eternel affirme à Moïse son absolue souveraineté, souveraineté selon laquelle il peut sauver qui il a choisi, sans violer ses autres attributs divins.


Dans sa déclaration, Dieu utilise une formule hébraïque qui consiste à répéter une action sans y ajouter de stipulation supplémentaire, afin d’accentuer le fait que c’est la volonté de l’exécutant qui détermine l’acte qui va être accompli.