CHRIST : L’ACCOMPLISSEMENT DE LA FÊTE DE PÂQUE

En ce week-end pascal, j’ai estimé utile de vous parler de cet évènement fondamental de la révélation biblique. Je ne vais pas revenir sur l’origine de la Pâque. Si vous êtes chrétien, vous devez savoir que le chapitre douze du livre de l’Exode constitue l’arrière-plan historique de ce qui est devenu, par la suite, une des principales fêtes juives. Il suffit de dire que l’institution de la Pâque a eu lieu lors de la délivrance du peuple d’Israël de l’esclavage en Egypte. Plus tard, l’apôtre Paul a écrit dans 1 Co 5.7-8 :

7 Faites disparaître le vieux levain, afin que vous soyez une pâte nouvelle, puisque vous êtes sans levain, car Christ, notre Pâque, a été immolé.

8 Célébrons donc la fête, non avec du vieux levain, non avec un levain de malice et de méchanceté, mais avec les pains sans levain de la pureté et de la vérité.

Avant de voir comment Jésus est l’accomplissement de la fête de Pâque, je souhaite dire quelques mots sur cette fête que des millions de Chrétiens célèbrent chaque année. Je le ferai en posant une simple question : « Devons-nous célébrer la fête de Pâque ? ». Notez que je ne demande pas si nous pouvons, mais si nous devons la célébrer, à savoir : est-ce un devoir, une obligation liée à notre foi chrétienne. Beaucoup répondent par l’affirmative, surtout que le v.8 de notre texte commence avec ces mots : Célébrons donc la fête...


Depuis plusieurs décennies, bien avant les « antivax », il y a, plus particulièrement dans le monde évangélique, les « anti-noël », c’est-à-dire ceux qui sont persuadés que participer d’une manière ou d’une autre à la fête de Noël, c’est se rendre complice d’une horrible fête païenne qui déshonore le nom de Jésus. Mon but n’est pas d’entrer dans une polémique inutile, car les certitudes à ce sujet ont atteint un niveau regrettable, au point où il est dangereux de nos jours de souhaiter un joyeux noël aux chrétiens évangéliques, certains pouvant se mettre dans une colère incontrôlée et vous accuser d’hérésie...