LA FIDÉLITÉ AU MESSAGE APPROPRIÉ

Ac 16.13 : Le jour du sabbat, nous nous rendîmes, hors de la porte, vers une rivière, où nous pensions que se trouvait un lieu de prière. Nous nous assîmes, et nous parlâmes aux femmes qui étaient réunies.


Chaque fois qu’il allait dans une nouvelle région, l’apôtre Paul, suivait un mode opératoire bien précis : il faisait tout son possible pour prêcher l’évangile tout d’abord aux juifs, avant de se tourner vers les non-juifs, appelés aussi « païens ».


C’est la raison pour laquelle Paul se rendait systématiquement dans les synagogues des villes qu’il visitait, car en tant que rabbin (enseignant), et élève de Gamaliel (cf. Ac 22.3), qui était le plus célèbre Rabbin de l’époque, il savait qu’on lui permettrait de prendre la parole.


Toutefois, pour qu’il y ait synagogue, il fallait la présence minimale de 10 hommes, qui soient de surcroit des chefs de famille. C’est ce qui explique pourquoi ils se sont rendus vers une rivière où Paul et ses compagnons pensaient trouver un lieu de prière. Qu’est-ce que nous apprenons ?


Tout d’abord, cela signifie qu’il y avait une faible communauté juive dans la ville de Philippes, car elle ne possédait pas de synagogue. Nous savons donc qu’il n’y avait pas 10 chefs de famille juive à Philippes pour former une synagogue.



Ensuite, la réunion des femmes juives au bord d’une rivière était probablement due à la nécessité d’avoir de l’eau à portée de mains afin d’effectuer les ablutions rituelles (cf. He 9.10) propres à la pratique du judaïsme.


Et enfin, il ne semble n’y avoir que des femmes, car aucun homme n’est mentionné. Elles avaient donc l’habitude de se réunir pour prier et discuter de la Loi de l’Ancien Testament, avec peut-être des portions de textes qu’elles lisaient entre elles.


Il faut noter que Paul n’hésite pas une seule seconde à rejoindre ces femmes qui devaient être heureuses qu’un rabbin daigne se joindre à elles. Elles ont même dû reconnaître en lui un pharisien, car en tant que tel, il portait des franges plus longues à ses vêtements.


Ici, l’attitude de Paul se démarque de celle des autres pharisiens qui n’enseignaient pas les femmes et qui, dans leurs prières matinales quotidiennes, remerciaient Dieu de n’être ni un païen, ni un esclave et ni une femme.


Pourquoi notre verset précise-t-il : Nous nous assîmes ? Parce que c’était la posture qu’adoptait ceux qui avaient la charge d’enseigner. Les conditions étant remplies, le texte continue : et nous parlâmes aux femmes qui étaient réunies. Cependant, le v.14 précise que c’est Paul qui dispensait l’enseignement.


Le fait que ce soit l’apôtre Paul qui s’adresse à ces femmes juives, en obéissance à l’appel du Macédonien reçu lors de la vision : « Passe en Macédoine, secours-nous » (Ac 16.9), confirme la validité de notre troisième ingrédient : La fidélité au message approprié.


La fidélité de Paul se voit dans l’absence d’hésitation à s’adresser à des femmes, contrairement à la coutume de l’époque qui affichait un certain mépris envers la gente féminine. Si Dieu voulait qu’il prêche l’évangile en Macédoine, il devait le faire, même si cela s’adressait uniquement à des femmes, du moins au début.


Paul et ses compagnons ne se sont pas approchés de ces femmes, juste pour leur faire la conversation, mais ils leur ont annoncé un message spécifique qui avait pour objectif de les enseigner une vérité spirituelle qu’elles ignoraient, sinon, ils ne se seraient pas assis pour leur parler.


Nous savons que cet enseignement était approprié, car il avait pour but d’amener ces femmes à la foi en Christ, et qu’il était dispensé par l’apôtre Paul en personne. La question à laquelle nous devons répondre maintenant est celle-ci : en quoi consistait ce message approprié ?


Pour le découvrir, il suffit de définir ce que Paul prêchait ailleurs dans les Actes, et comment il présente l’évangile dans ses épîtres. Tout d’abord, leur mission consiste à donner naissance à une église, c’est-à-dire à un organisme spirituel vivant. C’est pourquoi, Paul ne parle pas de religion organisée.


La (vraie) naissance d’une (vraie) église ne doit rien aux dogmes et aux rituels que l’on rencontre dans les religions. Si on enseigne des dogmes et des rituels propres à une confession chrétienne, on crée une religion, mais on ne donne pas naissance à une église.


Si l’on réunit un groupe de personnes en prêchant les croyances et les pratiques protestantes, catholiques et orthodoxes, la structure qui sera créée sera peut-être une assemblée, mais ce ne sera pas une église selon la volonté de Dieu.


Là où les croyances et les pratiques religieuses prennent la place du message approprié, il n’y a pas naissance d’une église. C’est peut-être une congrégation ou une paroisse, mais ce n’est pas une vraie église. Pour qu’il y ait une vraie église, il faut que le message de Dieu soit fidèlement annoncé et appliqué.


Ce « message approprié » est appelé la Parole dans le livre des Actes des Apôtres, et c’est elle qui donne naissance à l’église en amenant les âmes au salut. Lisons quelques exemples :

Ac 4.4 : Cependant, beaucoup de ceux qui avaient entendu la parole crurent, et le nombre des hommes s’éleva à environ cinq mille.

Ac 6.7 : La parole de Dieu se répandait de plus en plus, le nombre des disciples augmentait beaucoup à Jérusalem, et une grande foule de sacrificateurs obéissaient à la foi.

Ac 12.24 : Cependant la parole de Dieu se répandait de plus en plus, et le nombre des disciples augmentait.

Ac 13.48 : Les païens se réjouissaient en entendant cela, ils glorifiaient la parole du Seigneur, et tous ceux qui étaient destinés à la vie éternelle crurent.


Maintenant, déterminons ce que Paul prêchait réellement, et que nous devons à notre tour proclamer avec fidélité, si nous voulons que Dieu donne naissance à de vraies églises. Nous déterminerons le message que Paul a dû prêcher à ce groupe de femmes, en présentant les quatre vérités cardinales qu’il annonçait partout, et les quatre doctrines fondamentales sur lesquelles il insistait lorsqu’il annonçait l’évangile à des non chrétiens.


Tournons-nous tout d’abord vers les témoignages que nous trouvons dans les Actes, et découvrons quelles sont les quatre vérités cardinales du message approprié à la naissance d’une église selon Dieu :

Ac 9.20 : Et aussitôt il prêcha dans les synagogues que Jésus est le Fils de Dieu.


Premièrement, Paul annonce que Jésus de Nazareth est le Fils de Dieu. Cela signifie qu’il proclame la divinité de Jésus. Notons qu’il prêche cela dans les synagogues, là où la divinité de Jésus ne pouvait être acceptée par des juifs religieux et conservateurs.


Il ne peut y avoir de véritable église si la divinité de Jésus est niée. Si Jésus n’est présenté que comme un grand enseignant ou un prophète, mais pas comme le Fils incarné de Dieu, il ne peut y avoir de vraie église.

Ac 13.28-30 :

28 Quoiqu’ils ne trouvassent en lui rien qui fût digne de mort, ils ont demandé à Pilate de le faire mourir.

29 Et, après qu’ils eurent accompli tout ce qui est écrit de lui, ils le descendirent de la croix et le déposèrent dans un sépulcre.

30 Mais Dieu l’a ressuscité des morts.


Deuxièmement, Paul annonce que Jésus est mort crucifié et qu’il est ressuscité des morts. En d’autres mots, celui qui était Dieu incarné, a consenti à mourir sur une croix comme le pire des criminels. Non seulement sa mort fut horrible et cruelle, mais il vainquit la mort en ressuscitant. Paul prêchait les vérités cardinales sans lesquelles aucune vraie église ne peut naître : la mort et la résurrection de Jésus-Christ.


Ac 13.38 : Sachez donc, hommes frères, que c’est par lui que le pardon des péchés vous est annoncé.


Troisièmement, Non seulement Paul annonce les faits historiques de la mort et de la résurrection de Jésus, mais il leur donne un sens spirituel incomparable : c’est par son œuvre que nous obtenons le pardon des péchés.


Le message approprié à la naissance d’une église doit clairement proclamer que la mort de Jésus sur la croix a une valeur expiatoire, c’est-à-dire que Jésus est mort à la place des pécheurs afin qu’ils soient pardonnés de leurs péchés.


Il n’y a pas de vraie église tant que ceux qui la composent n’ont pas obtenu le pardon de leurs péchés, en plaçant leur foi dans la mort et la résurrection du Fils de Dieu qui a subi le châtiment à leur place.


Se réunir dans une salle remplie de symboles chrétiens sans que le pardon des péchés ne soit une réalité crue et reçue par la foi, disqualifie cette assemblée en tant qu’église : c’est juste une organisation religieuse ! Pouvons-nous imaginer le nombre de gens qui se croient chrétiens, mais qui ne le sont pas, parce que le pardon des péchés n’est jamais prêché dans leur congrégation ?


Ac 17.30 : Dieu, sans tenir compte des temps d’ignorance, annonce maintenant à tous les hommes, en tous lieux, qu’ils aient à se repentir.


Quatrièmement, Paul annonce la nécessité pour tous les hommes, de toutes nationalités et de toutes religions, de se repentir, c’est-à-dire de changer d’avis et d’attitude, en conformant leurs vies aux règles de Dieu.


La repentance signifie que l’on se soumet aux valeurs de Dieu, en abandonnant nos valeurs personnelles, surtout si elles sont contraires à la volonté de Dieu. Il ne peut y avoir de véritable église si le message de la repentance n’est pas fidèlement et clairement annoncée, afin que ceux qui entendent l’évangile sachent ce que Dieu exige d’eux.


La vraie naissance d’une vraie église exige l’abandon de l’idolâtrie, de la rébellion envers Dieu, de l’impudicité sous toutes ses formes, des styles de vies contraires à la sainteté, à l’humilité et à l’obéissance. Si les gens qui font partie d’une assemblée ne changent pas de vie en se soumettant aux valeurs de l’évangile, cette assemblée n’est pas une vraie église, elle n’est qu’une religion organisée en congrégation.


Maintenant que nous savons quelles sont les quatre vérités cardinales sans lesquelles l’église ne peut exister, tournons-nous vers les épîtres de Paul afin de préciser les quatre doctrines fondamentales qu’il annonçait fidèlement pour que des individus reçoivent le salut par la foi en Jésus.


1) Le péché de l’homme et la colère de Dieu.


Ro 3.23 : Car tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu.


Paul n’a jamais hésité à dire à ses auditeurs que par nature, ils sont des pécheurs. Il insistait afin que tous comprennent qu’il n’existe pas d’individu qui soit né sans être entaché par le péché. Cet état de péché ne peut être réglé par aucune pratique religieuse, ce qui place l’homme sous le coup de la colère de Dieu.


Ep 5.6 : Que personne ne vous séduise par de vains discours ; car c’est à cause de ces choses que la colère de Dieu vient sur les fils de la rébellion.


Comme Paul, nous devons mettre les gens en garde contre les vains discours qui veulent leur faire croire qu’il suffit de venir à l’église et de ne pas faire du mal à son prochain pour être sauvés. C’est faux ! il faut plus que cela : il faut être unis à Jésus pour être sauvé. Il ne peut y avoir de vraie église si ceux qui se rassemblent ne sont pas conscients de leur état de perdition sans Christ.


Il faut absolument enseigner que c’est Jésus seul qui peut nous mettre à l’abri de la colère divine. Sans cela, nous n’avons pas prêcher l’évangile. C’est pourquoi Paul déclare dans :

1 Th 1.10 : Et pour attendre des cieux son Fils, qu’il a ressuscité des morts, Jésus, qui nous délivre de la colère à venir.


2) La rédemption par la croix de Christ.


Ep 1.7 : En lui nous avons la rédemption par son sang, la rémission des péchés, selon la richesse de sa grâce.


Si Paul annonçait la nature pécheresse de l’être humain qui l’exposait à la colère divine, il proclamait aussi que Dieu avait prévu le moyen d’en être délivré, à savoir : la mort de Jésus sur la croix.


Le message qu’il prêchait présentait l’homme comme un esclave qui avait besoin d’être racheté pour être rendu libre. Ce rachat, que la Bible nomme « rédemption », est rendu possible par le sang de Jésus, qui constitue le prix payé pour régler le problème de nos péchés. Il ne peut y avoir de véritable église si le message de la rédemption par le sang de l’agneau sacrifié, Jésus-Christ, n’est pas clairement proclamé.


Toute assemblée qui ne parle pas de la rédemption par le sang de Jésus, parce qu’elle juge ce

message politiquement et psychologiquement incorrecte, n’est pas une vraie église !


Col 1.12-14 :

12 Rendez grâces au Père, qui vous a rendus capables d’avoir part à l’héritage des saints dans la lumière,

13 qui nous a délivrés de la puissance des ténèbres et nous a transportés dans le royaume du Fils de son amour,

14 en qui nous avons la rédemption, la rémission des péchés.


Une congrégation qui n’annonce pas le salut par le sang de Jésus, est composée d’individus qui ne sont pas sauvés, car ils sont encore sous la puissance des ténèbres. Ce sont juste des adhérents, mais ce ne sont pas des membres de la véritable église de Christ.


3) La justification par l’œuvre de Jésus.


Le message de la rédemption par la croix amène tout naturellement à celui de la justification par la même croix.


Ro 3.24 : Ils sont gratuitement justifiés par sa grâce, par le moyen de la rédemption qui est en

Jésus-Christ.

Être justifiés, ne veut pas dire devenir parfaits, mais il s’agit d’un décret juridique : sur la base de ce que Jésus a accompli par sa mort et sa résurrection, Dieu déclare juste le pécheur qui place sa confiance en son Fils unique. La croix de Jésus nous met à l’abri de la colère divine parce qu’elle nous déclare justes devant Dieu.


Ro 5.9 : A plus forte raison donc, maintenant que nous sommes justifiés par son sang, serons-nous sauvés par lui de la colère.

Et pourquoi sommes-nous épargnés par la colère de Dieu ? Parce le sang de la croix nous établit dans une relation de paix avec Dieu, selon Ro 5.1 : Etant donc justifiés par la foi, nous avons la paix avec Dieu par notre Seigneur Jésus-Christ.


Mais cette justification n’est pas le résultat de nos efforts religieux, c’est le fruit instantané de notre foi en la personne et en l’œuvre de Jésus : Quiconque croit est justifié par lui de toutes les choses dont vous ne pouviez être justifiés par la loi de Moïse (Ac 13.39). Si la foi dans l’œuvre de la croix n’est pas clairement annoncée, il n’y a pas de véritable église, c’est ce qui nous amène à la quatrième doctrine fondamentale.


4) La foi en Christ seul.


Ga 2.16 : Néanmoins, sachant que ce n’est pas par les œuvres de la loi que l’homme est justifié, mais par la foi en Jésus-Christ, nous aussi nous avons cru en Jésus-Christ, afin d’être justifiés par la foi en Christ et non par les œuvres de la loi, parce que nulle chair ne sera justifiée par les œuvres de la loi.


Paul insistait sur l’importance de la foi en Jésus-Christ, et non de la confiance dans les œuvres religieuses. Dieu ne peut donner naissance à une église si le message de la foi en Christ seul n’est pas proclamé sans compromis.


Jésus plus autre chose, égale rien du tout !


C’est la foi en Jésus seul qui sauve. Si nous y ajoutons quelque chose d’autre, nous dénaturons l’évangile. Si c’est la foi en Jésus, plus la foi en l’église, ce n’est plus l’évangile ! Quand une église dit à ses membres qu’il faut placer sa foi en elle pour être sauver, elle prouve qu’elle n’est pas une vraie église. C’est pourquoi l’énoncé « en dehors de l’église, point de salut » est anti évangile, car c’est une négation du salut par Jésus seul !


Ainsi, à la lumière des Actes des Apôtres et des épîtres de Paul, voici ce que les femmes ont entendu au bord de cette rivière. Ces quatre vérités cardinales et ces quatre doctrines fondamentales constituent le message approprié pour que naisse une vraie église. Pourquoi ? Parce qu’elles sont indispensables à quiconque veut accéder au salut offert par Jésus. Trop d’église font croire aux gens qu’il suffit de faire « la prière du pécheur » pour être sauvés selon

Ro 10.9 : Si tu confesses de ta bouche le Seigneur Jésus, et si tu crois dans ton cœur que Dieu l’a ressuscité des morts, tu seras sauvé.


Les gens n’ont même pas la possibilité d’être convaincus de péché, qu’on leur dit qu’ils sont sauvés s’ils ont répété une prière ! C’est l’évangile « bon marché » qui n’amène personne à une œuvre de régénération par le Saint-Esprit. Il faut revenir à l’intégralité du message approprié et y être fidèles, si nous voulons que des individus soient réellement sauvés et que naissent de vraies églises. Et lorsque ce message approprié est annoncé, le quatrième ingrédient se met en place. C’est ce que nous verrons dans le prochain article.


A bientôt...

54 vues