LA NATURE ET LE BUT DE L’ONCTION N°1

21 Et celui qui nous affermit avec vous en Christ, et qui nous a oints, c’est Dieu,
22 lequel nous a aussi marqués d’un sceau et a mis dans nos cœurs les arrhes de l’Esprit. (2 Co 1.21-22)

Nous avons vu que notre affermissement ou croissance en Christ est directement liée à l’onction de Dieu dans nos vies. Nous nous sommes arrêtés dans la leçon précédente sur l’origine de l’onction dans la Bible, en relevant les mots hébreux et grecs utilisés ainsi que leur signification pour nous, croyants de la nouvelle alliance.


Aujourd’hui, nous allons nous intéresser à la nature et au but de l’onction. Nous voulons définir ce qu’est véritablement l’onction, telle qu’elle nous est révélée dans les Écritures ; mais pour commencer, clarifions ce que l’onction n’est pas :


a. L’onction n’est pas une force impersonnelle ou une puissance mystique. Elle n’est en aucune façon une force « non vivante » (comme l’électricité), ni non plus une sorte de puissance magique que l’on pourrait manipuler.


Simon le magicien (cf. Ac 8.9-25) était animé d’une puissance démoniaque, mais il se rendit compte très vite que ce qu’il possédait n’était en rien comparable à la puissance que les apôtres avaient. L’onction de Dieu est sainte, surnaturelle et spirituelle.


b. L’onction, dont parle la Bible, n’est pas une simple manifestation émotionnelle, la démonstration d’une forte personnalité ou un style particulier de prédication.


Parfois, nos émotions réagissent avec intensité quand l’onction de Dieu se manifeste puissamment. Mais le simple fait de montrer de fortes émotions ne signifie pas obligatoirement que l’onction de Dieu est présente.


Les gens peuvent manifester de fortes émotions quand ils se divertissent ou participent à des événements sportifs de haute envergure, mais, cela ne veut pas pour autant dire que l’onction de Dieu est présente !


Si un prédicateur parle avec une forte voix, ou s’agite et démontre un grand enthousiasme, certaines personnes pensent que cela prouve qu’il est oint. Mais l’onction de Dieu peut ou peut ne pas être manifestée par des actions extérieures et physiques.


De la même façon, l’onction de Dieu ne peut être obtenue par l’instruction, la connaissance ou l’organisation. Les grands talents ou les capacités naturelles ne sont pas non plus un signe que l’onction de Dieu repose sur un individu.


Bien que les talents naturels et humains soient des dons de Dieu, cela n’est pas le signe de la présence de l’onction, car même une personne non régénérée par le Saint-Esprit peut posséder certains talents et les utiliser avec succès.


Mais alors, qu’est-ce que l’onction de Dieu ?

L’onction n’est rien d’autre que la personne et la présence du Saint-Esprit, apportant avec Lui la puissance, l’autorité et les dons nécessaires pour accomplir la volonté du Père à un moment donné d’un ministère ou d’une mission.

Le but principal de l’onction du Saint-Esprit est de communiquer au croyant une habilité surnaturelle. Cette compétence est donnée à celui que le Seigneur a désigné, selon sa volonté, afin de lui permettre d’accomplir ce que Dieu veut faire par son intermédiaire.


Que ce soit pour parler ou prêcher, pour faire une œuvre quelconque, pour chanter ou jouer un instrument de musique, pour imposer les mains aux malades en vue de la guérison ou pour aider quelqu’un à prier et intercéder plus efficacement...


Il est aussi important de remarquer que Dieu peut oindre un individu pour augmenter sa capacité à exécuter une tâche matérielle. C’est ce que nous voyons dans Ex 31.1-5 :

1 L’Eternel parla à Moïse, et dit :

2 Sache que j’ai choisi Betsaleel, fils d’Uri, fils de Hur, de la tribu de Juda.

3 Je l’ai rempli de l’Esprit de Dieu, de sagesse, d’intelligence, et de savoir pour toutes sortes d’ouvrages,

4 je l’ai rendu capable de faire des inventions, de travailler l’or, l’argent et l’airain,

5 de graver les pierres à enchâsser, de travailler le bois, et d’exécuter toutes sortes d’ouvrages.


C’est le désir de Dieu d’oindre ses enfants pour les occasions de service aussi bien en dehors de son Église qu’à l’intérieur de celle-ci. Toutefois, rappelons-nous que c’est pour ses desseins et pour sa gloire, non pas les nôtres.


Il est important de comprendre que l’onction est la personne du Saint-Esprit, car la puissance de Dieu n’est pas séparée de sa personne et de sa présence.


Quand nous disons qu’une personne est ointe, nous voulons dire que la personne du Saint-Esprit est spécialement présente dans sa vie pour accomplir la volonté de Dieu à travers elle.


Qui peut faire l’expérience de cette onction ? Quand nous lisons l’Ancien Testament, il est facile de reconnaître lorsque le Saint-Esprit est répandu sur un prophète, un roi ou un sacrificateur.


Cependant, la dispensation du Saint-Esprit dans l’Ancien Testament était différente de celle du Nouveau Testament. L’apôtre Jean a écrit :

Il dit cela de l’Esprit que devaient recevoir ceux qui croiraient en lui ; car l’Esprit n’était pas encore, parce que Jésus n’avait pas encore été glorifié. (Jn 7.39).


Notons que dans l’Ancien Testament, et ce jusqu’à la Pentecôte, « l'Esprit n'avait pas encore été donné » (Bible Français Courant). Pourtant, il est bien question du Saint-Esprit avant la Pentecôte. En quoi consiste donc cette différence entre les deux dispensations ?


Dans l’Ancien Testament, l’Esprit descendait temporairement sur un instrument humain choisi. Il donnait alors à l’individu, que ce soit un prophète, un sacrificateur ou un roi, la capacité d’exécuter la volonté de Dieu à un moment déterminé.


Ensuite, le Saint-Esprit sortait de lui jusqu’à la prochaine mission. C’est la peur que l’Esprit ne revienne jamais qui a fait dire au roi David : « Ne me rejette pas loin de ta face, Ne me retire pas ton Esprit saint » (Ps 51.13).


Cependant, dans le Nouveau Testament, le Saint-Esprit était donné pour établir sa résidence à l’intérieur des croyants, afin de vivre dans une relation permanente avec eux, selon Jn 14.16-17 :

16 Et moi, je prierai le Père, et il vous donnera un autre consolateur, afin qu’il demeure éternellement avec vous,

17 l’Esprit de vérité, que le monde ne peut recevoir, parce qu’il ne le voit point et ne le connaît point ; mais vous, vous le connaissez, car il demeure avec vous, et il sera en vous.


Nous bénéficions donc d’une habitation ininterrompue du Saint-Esprit en nous, pour nous qualifier en vue d’un ministère ou d’un service pour le Seigneur. C’est cela que confère l’onction du Saint-Esprit.


A bientôt pour la suite...

54 vues