COMMENT RECEVOIR LE SAINT-ESPRIT N°1

Mis à jour : mars 20

Ne vous conformez pas au siècle présent, mais soyez TRANSFORMÉS par le renouvellement de l’intelligence, afin que vous discerniez quelle est la volonté de Dieu, ce qui est bon, agréable et parfait. (Ro 12.2)


Nous avons dit à plusieurs reprises que la plénitude de l’Esprit de Dieu rend réelle la force spirituelle dont nous avons besoin pour être transformés à la ressemblance de notre Seigneur Jésus-Christ.


Mais vous recevrez une puissance, le Saint-Esprit survenant sur vous... (Ac 1.8)

Nous avons aussi vu que les dernières paroles de Jésus avaient pour but d’encourager les disciples à attendre le Saint-Esprit : Car Jean a baptisé d’eau, mais vous, dans peu de jours, vous serez baptisés du Saint-Esprit. (Ac 1.5)


Il y a un moment dans notre vie où nous devons recevoir Jésus, mais il y a aussi un moment où nous devons recevoir le Saint-Esprit. Beaucoup disent que nous recevons l’un et l’autre lors de notre conversion ou régénération.


Il est vrai que quand nous naissons de nouveau, Jésus devient notre Seigneur, et il vient habiter en nous par le Saint-Esprit. Mais il est aussi vrai qu’il existe une expérience où nous sommes revêtus et remplis du Saint-Esprit d’une façon particulière.


L’expression « baptême dans le Saint-Esprit » n’est pas acceptée par tous, mais l’important ce n’est pas tellement le nom que l’on donne à l’expérience, c’est l’expérience elle même, laquelle consiste à recevoir le Saint-Esprit comme source de puissance spirituelle.


Nous avons considéré les trois principes qui nous permettent de nous préparer à recevoir l’Esprit de Dieu :

1. Obéir à Dieu en nous soumettant à l’évangile de Jésus

2. Comprendre que le Saint-Esprit est une personne

3. Désirer recevoir le Saint-Esprit


Il faut au préalable appliquer ces trois principes, mais il y a également trois étapes pratiques pour recevoir la personne du Saint-Esprit dans nos vies :

1. Celui qui est sauvé par sa foi en Jésus est prêt à recevoir le Saint-Esprit.


Cette vérité est clairement exprimée dans Ac 2.37-39 :

37 Après avoir entendu ce discours, ils eurent le cœur vivement touché, et ils dirent à Pierre et aux autres apôtres : Hommes frères, que ferons-nous ?

38 Pierre leur dit : Repentez-vous, et que chacun de vous soit baptisé au nom de Jésus-Christ, à cause du pardon de vos péchés ; et vous recevrez le don du Saint-Esprit.

39 Car la promesse est pour vous, pour vos enfants, et pour tous ceux qui sont au loin, en aussi grand nombre que le Seigneur notre Dieu les appellera.


Le verset 38 nous montre que dès que nous nous convertissons et que nos péchés nous sont pardonnés, nous sommes immédiatement prêts à être remplis du Saint-Esprit.


Nous n’avons pas besoin d’attendre d’être meilleur ou plus parfait, car ce n’est que le sang du Christ qui nous rend dignes d’êtres remplis ou baptisés du Saint-Esprit.


Il n’y a pas de règles spéciales, propres à une église, qu’il faut suivre, il suffit de s’être sincèrement convertis à Jésus-Christ. Dés que cette condition est remplie, l’Esprit de Dieu désire nous revêtir de sa présence.


C’est pour cette raison que la plénitude de l’Esprit s’est manifestée aussi bien dans les églises pentecôtistes que dans les milieux charismatiques : il a suffi que l’Esprit de Dieu trouve des cœurs soumis à la Seigneurie de Jésus !


Il est vrai que des péchés non confessés peuvent constituer un obstacle à la réception du Saint-Esprit. Il suffit alors de les confesser, et nous sommes rétablis dans notre communion avec Dieu, ce qui nous permet d’être remplis de son Esprit.


Si nous confessons nos péchés, il est fidèle et juste pour nous les pardonner, et pour nous purifier de toute iniquité. (1 Jn 1.9)


La Bible nous montre que même des chrétiens charnels, c’est-à-dire des croyants qui manquent de maturité et n’ont pas encore surmonté certaines faiblesses, peuvent recevoir le Saint-Esprit.

Nous avons un exemple dans l’église de Corinthe, où l’apôtre Paul disait : Pour moi, frères, ce n’est pas comme à des hommes spirituels que j’ai pu vous parler, mais comme à des hommes charnels, comme à des enfants en Christ. (1 Co 3.1)


Cependant, le même apôtre Paul a attesté que ces chrétiens charnels avaient été remplis du Saint-Esprit dans 1 Co 1.4-7 :

4 Je rends à mon Dieu de continuelles actions de grâces à votre sujet, pour la grâce de Dieu qui vous a été accordée en Jésus-Christ.

5 Car en lui vous avez été comblés de toutes les richesses qui concernent la parole et la connaissance,

6 le témoignage de Christ ayant été solidement établi parmi vous,

7 de sorte qu’il ne vous manque aucun don, dans l’attente où vous êtes de la manifestation de notre Seigneur Jésus-Christ.

Oui, les Corinthiens étaient charnels ! Mais par leur union avec le Christ, au moyen de leur conversion, ils avaient été rendus dignes d’être comblés, au point de ne manquer d’aucun don accordé par le Saint-Esprit.

Toutes celles et ceux qui croient en Jésus comme sauveur et Seigneur, qui se sont soumis à son évangile, sont immédiatement prêts à recevoir le Saint-Esprit, sans attendre de devenir plus parfaits.

Si notre conversion à Jésus nous qualifie pour le ciel, à combien plus forte raison elle nous qualifie pour la puissance du Saint-Esprit qui nous transforme à l’image de Christ.

Si vous le souhaitez, vous pouvez faire la prière suivante pour remplir cette première condition :

« Seigneur Jésus, je confesse que tu es mon Sauveur et mon Seigneur. Par ta mort et ta résurrection, tu m’as pardonné. Purifie-moi de tous mes péchés par ton sang précieux et remplis moi de ton Saint-Esprit. »

2. Quand quelqu’un reçoit le Saint-Esprit, il peut parler en d’autres langues.

Et ils furent tous remplis du Saint-Esprit, et se mirent à parler en d’autres langues, selon que l’Esprit leur donnait de s’exprimer. (Ac 2.4)


Lorsqu’une personne reçoit le Saint-Esprit, elle doit savoir ce qui peut se passer à ce moment précis. Que dit la Bible ? Eh bien le modèle biblique indique à plusieurs reprises que la réception du Saint-Esprit est accompagnée du parler en d’autres langues.


Cela signifie que lorsque le Saint-Esprit remplit quelqu’un, il agit sur ses organes vocaux et met des mots inconnus sur ses lèvres, sans qu’il ait à utiliser sa pensée pour former ces mots.


Cependant, et il est important de le souligner, ce sera à l’individu de prononcer ces paroles en coopérant avec le Saint-Esprit.

Certains croient que c’est le Saint-Esprit qui parle en langues. C’est ce que m’a dit un jour un chrétien : « Je veux bien du don des langues, mais j’attends que ce soit le Saint-Esprit qui parle en langues à travers moi... »


C’est tout simplement faux ! Le Saint-Esprit ne parle pas en langues, il fait que donner l’expression (ou les mots), et c’est à l’homme de les prononcer en utilisant sa bouche.


Notons qu’il est spécifié que les 120 furent remplis du Saint-Esprit et se mirent à parler en d'autres langues. Ils parlèrent, et non le Saint-Esprit, lequel ne fit que donner l’expression !


Il serait utile de regarder d’autres passages où il est fait mention du parler en langues lors de la réception du Saint-Esprit, comme par exemple Ac 10.44-47 :

44 Comme Pierre prononçait encore ces mots, le Saint-Esprit descendit sur tous ceux qui écoutaient la parole.

45 Tous les fidèles circoncis qui étaient venus avec Pierre furent étonnés de ce que le don du Saint-Esprit était aussi répandu sur les païens.

46 Car ils les entendaient parler en langues et glorifier Dieu.

47 Alors Pierre dit : Peut-on refuser l’eau du baptême à ceux qui ont reçu le Saint-Esprit aussi bien que nous ?


Il y a deux points importants à relever dans ce texte :


1) Tout d’abord, Pierre et ses compagnons ont su que des non-Juifs recevaient pour la première fois le Saint-Esprit, parce qu’ils les ont entendu parler en langues, ce qui indique que cela constitue un signe extérieur de la plénitude intérieure de l’Esprit de Dieu.


2) Ensuite, ils n’ont pas entendu l’Esprit parler en langues, mais bien les individus qui en avaient été remplis. L’apôtre Paul dit ailleurs : En effet, celui qui parle en langue ne parle pas aux hommes, mais à Dieu, car personne ne le comprend, et c’est en esprit qu’il dit des mystères. (1 Co 14.2).


Il est clairement spécifié que Celui qui parle en langue… c’est en esprit qu’il dit des mystères. C’est donc bien l’individu qui s’exprime, mais en esprit.


A bientôt pour la suite...

118 vues