COMMENT RECEVOIR LE SAINT-ESPRIT N°2

Nous avons commencé à examiner les trois étapes pratiques pour recevoir le Saint-Esprit, les deux premières étant :

1.Celui qui est sauvé par sa foi en Jésus est prêt à recevoir le Saint-Esprit.
2. Quand quelqu’un reçoit le Saint-Esprit, il peut parler en d’autres langues.

Nous avons encore certains choses à dire concernant la seconde étape qui est en rapport avec le parler en langues. Nous avions terminé le précédent article en relevant que c’est l’individu, et non le Saint-Esprit qui parle en langues.


Cela peut renverser certaines conceptions erronées que des croyants ont au sujet du parler en langues. Il ne faut pas penser que l’on devient une marionnette entre les mains de l’Esprit de Dieu, et que c’est lui qui parle en langues à travers nous.


Le Saint-Esprit n’est pas un ventriloque. Il ne remue pas nos lèvres, alors que c’est lui qui parle. Non, ce n’est pas ce qui se passe ! C’est nous qui parlons, c’est notre voix, c’est notre bouche, et cela se fait en pleine conscience.


Un point capital à ne pas oublier, c’est que quand cette expérience se produit, nous restons maître de nous. Cela signifie que nous ne tombons pas dans une sorte de transe où nous perdons nos moyens et sommes poussés à faire n’importe quoi.


Absolument pas ! Nous ne sommes pas hypnotisés, mais remplis par le Saint-Esprit qui nous donne une expression surnaturelle pour adorer Dieu. Cependant, ce sera à nous de parler.

Cela peut être tellement naturelle et facile, que nous pourrions penser que ce n’est pas miraculeux, parce que nous avons cette fausse idée qu’un miracle doit être spectaculaire. Non ! Ce qui est surnaturel, n’est pas obligatoirement spectaculaire...


La première fois que nous parlons en langues, cela ne peut être que quelques mots, mais avec la pratique, cela devient une langue de plus en plus riche, qui se perfectionne et s’affine.


Ce qu’il faut, c’est d’ouvrir son cœur au Saint-Esprit, se soumettre à lui, en lui faisant confiance, et coopérer avec lui quand des paroles apparaissent spontanément dans notre bouche.


À ce moment précis, nous devons commencer à prononcer ces mots inconnus par la foi, car ils viennent du Saint-Esprit, et ne pas croire ce que nous dira notre tête, à savoir : qu’ils viennent de nous.


Non ! Ils nous sont donnés par l’Esprit de Dieu, alors que nous restons conscients de ce qui se passe autour de nous. Nous n’entrons pas dans un état second, nous ne perdons pas le contrôle. Nous sommes justes remplis de quelque chose qui demande à déborder.


Que faut-il faire alors ? Quand vous recevez le Saint-Esprit, participez à ce qu’il fait en vous, en ouvrant votre bouche et en prononçant les paroles inconnues qu’il mettra dans vos organes vocaux.


3. Dieu a déjà donné son Esprit, c’est à nous de le recevoir maintenant.

Lisons dans Ac 8.14-15 :

14 Les apôtres, qui étaient à Jérusalem, ayant appris que la Samarie avait reçu la parole de Dieu, y envoyèrent Pierre et Jean.

15 Ceux-ci, arrivés chez les Samaritains, prièrent pour eux, afin qu’ils reçoivent le Saint-Esprit.

Les apôtres n’ont pas prié pour que le Saint-Esprit descende ou vienne, mais pour que les Samaritains le reçoivent. Voyez-vous, le problème n’est jamais du côté de Dieu : il donne généreusement, mais recevons-nous ce qu’il donne ?


Les 120 devaient attendre le jour de la Pentecôte pour que l’Esprit de Dieu soit répandu du ciel, mais les Samaritains, tout comme nous aujourd’hui, n’avaient pas besoin d’attendre, car le Saint-Esprit était déjà là.


Il est présent partout, c’est à nous de le recevoir. A ce sujet, notons la question de Paul aux disciples qu’il rencontre à Éphèse dans Ac 19.1-2 :

1 Pendant qu’Apollos était à Corinthe, Paul, après avoir parcouru les hautes provinces de l’Asie, arriva à Ephèse. Ayant rencontré quelques disciples, il leur dit :

2 Avez-vous reçu le Saint-Esprit, quand vous avez cru ? Ils lui répondirent : Nous n’avons pas même entendu dire qu’il y ait un Saint-Esprit.


Paul ne demande pas : « Dieu vous a-t-il donné le Saint-Esprit ? » Non ! Il leur demande « Avez-vous reçu le Saint-Esprit ? ». Il n’est pas question de Dieu qui donne, mais des croyants qui reçoivent.


C’est tout ce que nous avons à faire : recevoir. Mais la question est : comment reçoit-on le Saint-Esprit ? Le même apôtre Paul nous donne la réponse :

Voici seulement ce que je veux apprendre de vous : Est-ce par les œuvres de la loi que vous avez reçu l’Esprit, ou par la prédication de la foi ? (Ga 3.2)


C’est par la foi que l’on reçoit l’Esprit de Dieu, c’est-à-dire en entendant et en croyant l’évangile. Dieu nous dit qu’il nous a donné son Saint-Esprit, à nous d’y croire, de l’accepter par la foi, et nous le recevrons expérimentalement.


Une simple confession vous aidera à manifester votre foi pour recevoir le Saint-Esprit. Par exemple, vous pourriez dire :

« Je crois que Dieu a déjà donné le Saint-Esprit. Parce que Jésus est mon Seigneur, et que mes péchés sont pardonnés, je reçois par la foi la personne du Saint-Esprit ».

Croyez ce que vous venez de confesser, et soyez certains que Dieu accomplira ce qu’il a dit : Car la promesse est pour vous, pour vos enfants, et pour tous ceux qui sont au loin, en aussi grand nombre que le Seigneur notre Dieu les appellera. (Ac 2.39)


Pour recevoir le Saint-Esprit par la foi, il est important de prier le Seigneur pour qu’il nous remplisse de son Esprit, en sachant que nous ne recevrons pas autre chose. Pourquoi est-ce que je parle ainsi ?


Eh bien, parce que certaines personnes ont eu un mauvais enseignement en la matière, et ont maintenant peur de recevoir un mauvais ou faux esprit – et c’est peut-être votre cas !


Je tiens à vous rassurer : si vous demandez au Seigneur de vous baptiser dans le Saint-Esprit, il vous donnera le Saint-Esprit, et pas autre chose. Lisez ce que Jésus dit à ce propos dans Lc 11.11-13 :

11 Quel est parmi vous le père qui donnera une pierre à son fils, s’il lui demande du pain ? Ou, s’il demande un poisson, lui donnera-t-il un serpent au lieu d’un poisson ?

12 Ou, s’il demande un œuf, lui donnera-t-il un scorpion ?

13 Si donc, méchants comme vous l’êtes, vous savez donner de bonnes choses à vos enfants, à combien plus forte raison le Père céleste donnera-t-il le Saint-Esprit à ceux qui le lui demandent.


Nous terminerons cette étude en soulignant le rôle que joue l’imposition des mains dans la réception du Saint-Esprit. Ce n’est pas une technique, mais une pratique conforme au modèle du Nouveau Testament comme le montre ces textes. Par exemple, Ac 8.15-17 :

15 Ceux-ci, arrivés chez les Samaritains, prièrent pour eux, afin qu’ils reçoivent le Saint-Esprit.

16 Car il n’était encore descendu sur aucun d’eux ; ils avaient seulement été baptisés au nom du Seigneur Jésus.

17 Alors Pierre et Jean leur imposèrent les mains, et ils reçurent le Saint-Esprit.


Notons l’ordre des choses : prière, imposition des mains et réception du Saint-Esprit. L’apôtre Paul nous offre également un bel exemple du rôle de l’imposition des mains dans la réception du Saint-Esprit


Lorsque Paul leur eut imposé les mains, le Saint-Esprit vint sur eux, et ils parlaient en langues et prophétisaient. (Ac 19.6)


Là encore, le Saint-Esprit est reçu suite à l’imposition des mains. Ce qu’il faut c’est que le candidat vienne dans une attitude de foi, et croit qu’il reçoit l’Esprit quand l’imposition des mains lui est administrée au nom de Jésus.


Un dernier mot, et je vous invite à le lire attentivement : il ne s’agit pas d’un examen où l’on réussit ou échoue. Non ! Il s’agit d’un cadeau de Dieu.


Abandonnez toute inquiétude, et ne vous focalisez pas sur le parler en langues de façon exclusive. C’est le Saint-Esprit que vous recevez, c’est-à-dire une personne. C’est quelqu’un, et non quelque chose...


Le parler en d’autres langues, peut se manifester tout de suite ou plus tard, l’important c’est que vous receviez le Saint-Esprit. Si vous êtes candidats à l’imposition des mains, faites-en la demande à un pasteur, puis faites la prière suivante :


« Père Céleste, merci pour le don du Saint-Esprit. Je te demande de me remplir de ton Esprit, et je m’engage à honorer sa présence en moi. Quand on m’impose les mains, je crois que je reçois ton Saint-Esprit selon ta parole. Amen. »
44 vues