top of page

DISCERNONS LES SIGNES DES TEMPS !

Dans un passage intrigant de la Bible (1 P 1.10-11), nous découvrons ces paroles énigmatiques :

10 Les prophètes, qui ont prophétisé touchant la grâce qui vous était réservée, ont fait de ce salut l'objet de leurs recherches et de leurs investigations,

11 voulant sonder l'époque et les circonstances marquées par l'Esprit de Christ qui était en eux, et qui attestait d'avance les souffrances de Christ et la gloire dont elles seraient suivies.


Ce texte fait référence au salut apporté par Jésus à travers sa mort et sa résurrection. Pierre explique que les prophètes cherchaient à en savoir plus sur ce salut lorsqu'ils prophétisaient. Ils étaient animés par le désir de connaître le moment précis et les circonstances dans lesquelles les souffrances et la gloire du Seigneur se réaliseraient, car ils étaient profondément touchés par l'Esprit de Christ qui était en eux et leur en donnait un puissant témoignage intérieur.

des jeunes personnes qui regardent droit devant eux

Les érudits bibliques ont débattu de ce que pourrait signifier l'expression « Esprit de Christ ». Grammaticalement, elle peut se référer soit à Christ lui-même, désignant ainsi son esprit personnel, soit au Saint-Esprit, désignant alors la troisième personne de la Trinité. En réalité, ce n’est pas très important, ce qui compte c’est l’œuvre révélatrice du Christ qui attestait des siècle à l’avance que le Fils de Dieu souffrirait dans son humiliation et serait ensuite couronné de gloire dans son exaltation.


Ce que nous devons reconnaître, c’est que le Saint-Esprit, en tant qu'Esprit de Christ, accomplissait la volonté du Fils de Dieu chez les prophètes, en leur fournissant des vérités prophétiques sur la personne du Christ. Dans Jn 1614-15, Jésus a affirmé à propos du Saint-Esprit : …Il vous annoncera les choses à venir. Il me glorifiera, parce qu'il prendra de ce qui est à moi, et vous l'annoncera. N’est-ce pas une indication qu’il l’avait déjà fait avec les prophètes qui avaient autrefois prophétisé sur l’œuvre de la rédemption ?


Jésus a beaucoup parlé sur le sujet de la prophétie biblique dans les Évangiles. Une grande partie de ces enseignements se trouve dans son discours du mont des Oliviers, ainsi nommé parce qu'il se tenait sur le mont des Oliviers lorsqu'il a prononcé ce discours (Cf. Mt 24-25). Les disciples étaient venus lui demander : Quel sera le signe de ton avènement et de la fin du monde ? (24.3). Tout l’enseignement donné sur le mont des Oliviers, doit être considéré comme la réponse de Jésus à cette question.


Parmi les points saillants de l'enseignement du Seigneur dans ce discours, on trouve sa prédiction des signes de la fin des temps, notamment l'apparition des faux Christs, les guerres, les tremblements de terre, les famines, la profanation du temple de Jérusalem, divers troubles cosmiques et le signe de sa venue (Cf. Mt 24.4-31). Il a également parlé de la similitude entre les temps de la fin et l’époque de Noé (Cf. Mt 24.38-39). Jésus a par ailleurs constamment souligné l'importance d'être prêt pour son retour (Cf. Mt 24.32-35 ; 45-51 ; 25.1-13 ; 14-30). Il a également prophétisé sur le jugement des nations qui se déroulera immédiatement après sa seconde venue (Cf. Mt 25.31-46). Ce jugement déterminera qui sera autorisé à entrer dans le royaume millénaire de Christ.


Bien sûr, Jésus a présenté d'autres enseignements prophétiques en dehors de ceux que l'on trouve dans le discours du mont des Oliviers. Il a affirmé, par exemple, qu'un jour il viendrait chercher ses disciples et les emmènerait avec lui au ciel (Cf. Jn 14.1-3). Jésus a également parlé de manière prophétique du déroulement de l'ère actuelle. Selon la Bible, le royaume de David (Cf. 2 S 7.8-14) avait été offert au peuple juif par Jésus-Christ, le Messie divin (Cf. Mt 11-12). Cependant, les dirigeants juifs ont non seulement rejeté Jésus, mais ils ont prétendu que ses miracles étaient accomplis non par la puissance du Saint-Esprit, mais par la puissance de Satan (Cf. Mt 9.34). Cela constituait un rejet définitif et flagrant de Jésus en tant que Messie d’Israël. Cela ne fut pas sans conséquence pour la nation entière.


L'apôtre Paul affirme qu’un aveuglement spirituel a été infligé à Israël en signe de jugement de Dieu. Cet aveuglement spirituel a pris la forme d’un endurcissement qui ne sera levé qu’à la fin des temps, lorsque l’ensemble des non-juifs seront sauvés selon Ro 11.25 : Car je ne veux pas, frères, que vous ignoriez ce mystère, afin que vous ne vous regardiez point comme sages, c'est qu'une partie d'Israël est tombée dans l'endurcissement, jusqu'à ce que la totalité des païens soit entrée. Le programme du royaume de Dieu a ainsi été modifié, provoquant un retard dans sa venue. En fait, il sera retardé jusqu'au futur royaume de mille ans, ou Millénium, qui surviendra après la seconde venue de Christ (Cf. Ap 20.2-3). Dans Ap 1.1-2, nous lisons :

1 Révélation de Jésus Christ, que Dieu lui a donnée pour montrer à ses serviteurs les choses qui doivent arriver bientôt, et qu'il a fait connaître, par l'envoi de son ange, à son serviteur Jean,

2 lequel a attesté la parole de Dieu et le témoignage de Jésus Christ, tout ce qu'il a vu.


L'expression « Révélation de Jésus-Christ » peut signifier qu’elle le concerne ou qu’elle provient de lui. Il est probable que les deux sens soient présents dans ce verset. Le livre de l'Apocalypse contient non seulement une vérité prophétique qui vient de Jésus-Christ, mais une vérité qui concerne également sa personne. Remarquez que Dieu a donné cette révélation à Jésus-Christ. Cela signifie simplement que Dieu le Père a donné cette révélation à Dieu le Fils. Le Père est la source, et le Fils est celui qui révèle. Cela nous rappelle Jn 12.49, où Jésus affirme : Je n'ai point parlé de moi-même ; mais le Père, qui m'a envoyé, m'a prescrit lui-même ce que je dois dire et annoncer.


Dans le livre de l'Apocalypse, Jésus révèle les choses qui doivent arriver bientôt (1.1). Il ne faut pas en déduire que les événements décrits dans l'Apocalypse se produiront tous dans les quelques années qui suivront le moment où Jean les a vus par révélation, comme l’affirment les Prétéristes (=Le prétérisme est une doctrine selon laquelle les prophéties de l’Apocalypse se sont déjà accomplies). Le mot grec traduit ici par « bientôt » signifie « rapidement, vite, promptement, et à un rythme rapide » (Cf. Lu 18.8). Cependant, dans Ap 1.1, le terme indique simplement que lorsque les événements prédits commenceront à se produire à la fin des temps, ils progresseront rapidement vers leur accomplissement total.


Il est intéressant de voir que les enseignements prophétiques de Jésus dans le livre de l’Apocalypse, coïncident parfaitement avec ses enseignements prophétiques dans les quatre Évangiles, en particulier dans le Discours du Mont des Oliviers. Nous y reviendrons plus tard, mais je souhaite attirer votre attention sur quelque chose. Compte tenu de l'importance que le Christ a accordée aux vérités prophétiques, nous devrions tous nous efforcer d'être des observateurs attentifs des temps dans lesquels nous vivons. Nous sommes motivés à l’être lorsque nous considérons les paroles de Jésus dans Mt 16.1-3 :

1 Les pharisiens et les sadducéens abordèrent Jésus et, pour l'éprouver, lui demandèrent de leur faire voir un signe venant du ciel.

2 Jésus leur répondit : Le soir, vous dites : Il fera beau, car le ciel est rouge ; et le matin :

3 Il y aura de l'orage aujourd'hui, car le ciel est d'un rouge sombre. Vous savez discerner l'aspect du ciel, et vous ne pouvez discerner les signes des temps.


Ces individus auxquels Jésus s’adressent, étaient l'élite religieuse de l'époque. Ils étaient censés connaître les enseignements des prophètes, et pourtant ils étaient totalement incapables de discerner correctement les temps. Les pharisiens et les sadducéens avaient été témoins de signes spirituels flagrants sur l'identité de Jésus, et ils les avaient tous rejetés. Ils étaient aveuglés par le fait que le Messie faisait preuve d’une telle humilité. Les miracles de Jésus indiquaient son identité divine aussi sûrement que les nuages sombres annoncent la pluie. L'Ancien Testament a prophétisé les miracles du Messie : les aveugles verront, les sourds entendront et les boiteux marcheront (Cf. Es 35.5-6).


Les pharisiens et les sadducéens, en tant qu’experts de l'Ancien Testament, auraient dû se rendre compte que Jésus accomplissait ces versets messianiques sous leurs yeux. Après tout, les aveugles recouvraient la vue, les sourds entendaient et les boiteux pouvaient désormais marcher. Mais dans leur aveuglement et leur endurcissement, ces chefs religieux n'ont pas su « discerner les signes des temps » Ne suivons pas leur exemple ! Cherchons à comprendre les signes prophétiques qui se rapportent aux événements de la fin des temps menant à la seconde venue du Christ, et même au-delà. Jésus a également dit dans Mt 24.32-33 :

32 Instruisez-vous par une comparaison tirée du figuier. Dès que ses branches deviennent tendres, et que les feuilles poussent, vous connaissez que l'été est proche.

33 De même, quand vous verrez toutes ces choses, sachez que le Fils de l'homme est proche, à la porte.


Dans ce passage, Jésus indique que dans les prophéties, Dieu a révélé certaines choses qui devraient amener les gens qui connaissent la Bible, à comprendre qu'un accomplissement est en train de se produire, ou que le terrain est prêt pour qu'une prophétie finisse par s'accomplir. Jésus demandait à ses disciples d'être des observateurs attentifs des signes des temps, afin qu'ils soient en mesure de constater l'accomplissement des prophéties bibliques (Cf. Lu 21.25-28). Je vous encourage à y réfléchir souvent, au fur et à mesure que nous avançons sur ce sujet dans les semaines à venir.


Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page