JÉSUS : LA PORTE OUVERTE

Ap 3.7-8 :

7 Écris à l’ange de l’Eglise de Philadelphie : Voici ce que dit le Saint, le Véritable, celui qui a la clef de David, celui qui ouvre, et personne ne fermera, celui qui ferme, et personne n’ouvrira :

8 Je connais tes œuvres. Voici, parce que tu as peu de puissance, et que tu as gardé ma parole, et que tu n’as pas renié mon nom, j’ai mis devant toi une porte ouverte, que personne ne peut fermer.

Si vous avez déjà lu le livre de l’Apocalypse, que ce soit partiellement ou entièrement, vous avez dû remarquer l’abondance de symboles qu’il contient. Qui dit « symboles », dit « interprétation » pour comprendre le sens du texte où ils se trouvent. Notre objectif n’est pas de se pencher en détail sur les symboles du passage que nous venons de lire, mais de comprendre le message principal que Dieu veut nous transmettre. Pour y parvenir, nous allons d’abord isoler l’émetteur du récepteur.


Pour faire court, il est question d’une lettre que quelqu’un (= l’émetteur) envoie à une église (= le récepteur). Nous laissons de côté le récepteur (l’église de Philadelphie), et nous nous intéressons uniquement à l’émetteur. De qui s’agit-il ? Le v.7 nous dit que c’est « le Saint, le Véritable, celui qui a la clef de David ». Les mots utilisés, montre qu’Il s’agit de Jésus-Christ le Fils de Dieu. Il utilise trois expressions pour montrer qui il est réellement.


Tout d’abord, il est le Saint. Ce terme revient à différentes reprises dans les Évangiles pour désigner Jésus, comme dans Mc 1.23-24 :