LA CROISSANCE SPIRITUELLE N°2

Mis à jour : mars 20



Nous poursuivons notre étude sur le 1er stade de croissance spirituelle : l’Enfance. En faisant un parallèle avec la croissance dans le domaine naturel, nous découvrons les mêmes caractéristiques dans la croissance spirituelle :

1. La dépendance

2. L’égocentrisme

3. L’immaturité émotionnelle


Penchons-nous à présent sur les autres signes distinctifs des croyants qui sont au 1er stade de la croissance spirituelle :


4. Une fausse image de soi

Les enfants et les adolescents ont souvent tendance à se croire plus capables qu’ils ne le sont en réalité, parce qu’ils véhiculent une image idéaliste, donc faussée, d’eux-même.


Ils peuvent trouver leurs parents « dépassés », « pas dans le coup » et « manquant de dynamisme » ; alors qu’eux, les jeunes, ils ont tout compris. Les parents savent de quoi je parle, n’est-ce pas ?


De la même façon, il y a une sorte de zèle et d’hyper-spiritualité chez les nouveaux convertis qui, en raison de la fraîcheur de leur expérience spirituelle, pensent avoir tout compris de la vie nouvelle en Christ.


Ils peuvent trouver les anciens croyants peu spirituels, tièdes et pas assez impliqués dans la foi. Ils ont tendance donc à en faire trop, sans peser le poids de leurs actes. On peut quelquefois leur adresser ce reproche de l’apôtre Paul :


Certes, je peux témoigner en leur faveur qu'ils sont pleins de zèle pour Dieu, mais leur zèle n'est pas éclairé par la connaissance » (Rm 10.2 Bible Français Courant)

Il peut y avoir des maladresses dans le témoignage, une foi mal placée qui devient de la présomption, pour ne pas dire de la prétention, parfois même du fanatisme (c’est nous qui avons raison !).


Et quand la réalité les rattrape, lorsqu’ils comprennent que la vie de la foi n’est pas aussi évidente, ils peuvent vouloir tout abandonner. Ils ressentent de la confusion car le décalage est trop grand entre ce qu’ils croyaient et ce qu’ils expérimentent.


5. L’incapacité à s’occuper des autres

Parce qu’il est tellement tourné vers lui-même, l’enfant ne sait pas comment aider les autres. C’est le même symptôme que l’on rencontre chez celui qui vient de démarrer dans la vie spirituelle. Le problème c’est quand cette attitude dure pendant des années...


Regardons cette réprimande qui est faite à certains croyants dans He 5.11-13 Segond 21 :


11 Nous avons beaucoup à dire à ce sujet, et des choses difficiles à expliquer parce que vous êtes devenus lents à comprendre.


12 Alors que vous devriez avec le temps être des enseignants, vous en êtes au point d’avoir besoin qu’on vous enseigne les éléments de base de la révélation de Dieu ; vous en êtes arrivés à avoir besoin de lait et non d’une nourriture solide.


13 Or celui qui en est au lait est inexpérimenté dans la parole de justice, car il est un petit enfant.


Il y est question de chrétiens qui auraient dû être en mesure d’aider les autres depuis longtemps, mais qui en sont incapables parce qu’ils sont encore des enfants sur le plan spirituel.


Ils en sont encore au lait, et ne peuvent pas supporter une nourriture solide, spirituellement parlant. Il est évident que l’on ne peut pas aider les autres à progresser au-delà du point où nous sommes nous-mêmes parvenus.


Celui qui est au commencement de sa vie chrétienne, qui vient tout juste de naître de nouveau, ne doit pas avoir honte d’en avoir les caractéristiques, celles-ci sont normales.


Mais si nous continuons de manifester les mêmes signes après plusieurs années de vie chrétienne, nous devrions nous poser des questions et chercher à savoir pourquoi.


L’apôtre Paul affirme que le stade de l’enfance ne devrait pas être permanent quand il écrit dans 1 Co 13.11 : Lorsque j’étais enfant, je parlais comme un enfant, je pensais comme un enfant, je raisonnais comme un enfant ; lorsque je suis devenu homme, j’ai mis de côté ce qui était de l’enfant.


En d’autres termes, une fois que l’on devient adulte, il faut se défaire de ce qui est propre à l’enfance, et tendre vers la maturité. Ce qui est vrai naturellement, l’est aussi spirituellement.


Dans les prochaines leçons nous étudierons la jeunesse et l’âge adulte, mais pour conclure, relevons les deux conditions de la croissance spirituelle.


C’est l’apôtre Paul qui révèle ces deux conditions, en se servant du jardinage pour expliquer l’art de la croissance dans 1 Co 3.6-9 Le Semeur :


6 Moi j’ai planté, Apollos a arrosé, mais c’est Dieu qui a fait croître.


7 Peu importe, en fait, qui plante et qui arrose. Ce qui compte, c’est Dieu qui fait croître.


8 Celui qui plante et celui qui arrose sont égaux et chacun recevra son propre salaire en fonction du travail accompli.


9 Car nous travaillons ensemble au service de Dieu, et vous, vous êtes le champ qu’il cultive. Ou encore : vous êtes l’édifice qu’il construit.


Voici les deux grandes leçons que l’apôtre Paul nous enseigne :


1. C’est Dieu qui fait croître (v.6).

Nous pouvons mettre en œuvre tous les moyens techniques pour avoir un beau jardin, mais si la qualité de la terre et les conditions atmosphériques ne sont pas là, rien ne poussera.


De la même façon, nous pouvons être dans une église, avec des responsables capables, mais si Dieu ne donne pas la croissance, rien ne se passera. Il faut l’action conjuguée de la Parole et du Saint-Esprit de Dieu pour que nous connaissions la croissance spirituelle.


2. Nous sommes collaborateurs avec Dieu (v.9).

Si nous laissons le jardin livré à lui-même, les mauvaises plantes vont l’envahir et empêcher son embellissement. C’est la deuxième leçon qu’il nous faut apprendre : Dieu réclame notre participation à notre croissance spirituelle.


C’est pour cette raison que l’apôtre Paul parle aussi de l’aspect humain de la croissance lorsqu’il dit qu’il faut planter, arroser et travailler ensemble.


Nous devons nous placer dans les dispositions favorables à la croissance spirituelle, en prenant part activement à ce que Dieu veut accomplir dans notre vie. La passivité dans la vie spirituelle n’a jamais contribué à la croissance dans la foi.


Pour nous motiver à poursuivre notre croissance spirituelle, et ne pas nous contenter d’être uniquement nés de nouveau, rappelons cette exhortation de 2 P 3.18 Bible Français Courant :

Mais continuez à progresser dans la grâce et la connaissance de notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ. A lui soit la gloire, maintenant et pour toujours ! Amen

Que le Seigneur nous aide à croître spirituellement. Que personne ne s’arrête en chemin, car cette croissance n’a pas de limite. Elle est riche en bénédictions de toutes sortes. Appliquons-nous donc à avancer et à être vainqueur en Jésus-Christ.

25 vues