LA PENTECÔTE SELON JÉSUS

Jn 14.15-17 et 26 :

15 Si vous m’aimez, gardez mes commandements.

16 Et moi, je prierai le Père, et il vous donnera un autre consolateur, afin qu’il demeure éternellement avec vous,

17 l’Esprit de vérité, que le monde ne peut recevoir, parce qu’il ne le voit point et ne le connaît point ; mais vous, vous le connaissez, car il demeure avec vous, et il sera en vous…

26 Mais le consolateur, l’Esprit-Saint, que le Père enverra en mon nom, vous enseignera toutes choses, et vous rappellera tout ce que je vous ai dit.

Nous allons considérer différents aspects de la Pentecôte qui est le troisième des quatre grands actes de l’œuvre de la rédemption. Faut-il rappeler que le mot rédemption désigne l’accomplissement de notre salut par le Seigneur Jésus. Il se divise en quatre actes, dont trois ont déjà eu lieu, et le quatrième reste à venir. Dans l’ordre chronologique, ce sont :

1. La mort du Christ à la croix.

2. La résurrection du Christ, trois jours après sa crucifixion.

3. La venue du Saint-Esprit le jour de la Pentecôte.

4. Le retour de Christ pour enlever son église.


Comme cela a été précisé, aujourd’hui nous nous concentrerons sur le troisième acte : la Pentecôte ! De même que l’incarnation (ou la nativité) signale la venue en chair du Fils de Dieu au sein de l’humanité, de la même façon, la Pentecôte signale la venue du Saint-Esprit sur la terre.


Cependant, cette venue se caractérise par des aspects bien définis, répondant à certaines conditions et produisant des résultats précis. C’est pourquoi nous allons considérer la Pentecôte en répondant à trois questions :

  • A qui s’adresse la Pentecôte ?

  • Sur quelle base la Pentecôte a-t-elle eu lieu ?

  • Quels sont les résultats de la Pentecôte ?

Plutôt que de chercher des réponses auprès des différentes confessions chrétiennes qui ont toutes leur interprétation de la Pentecôte, nous allons nous tourner vers Jésus-Christ qui a clairement répondu à nos trois questions dans le texte que nous venons de lire. Nous aurons ainsi une vision de la Pentecôte selon Jésus.


I. A QUI S’ADRESSE LA PENTECÔTE ?

Nous aurions pu également demander « qui sont les bénéficiaires de la Pentecôte » ? La mauvaise réponse est bien sûr « tout le monde ». En effet, le monde ne peut pas bénéficier des bienfaits de la venue du Saint-Esprit le jour de la Pentecôte, car Jésus dit au v.17(a) : L’Esprit de vérité, que le monde ne peut recevoir, parce qu’il ne le voit point et ne le connaît point…


L’apôtre Paul explique et confirme pourquoi la Pentecôte ne s’adresse pas au monde dans 1 Co 2.14 (Sg 21) : Mais l’homme naturel n’accepte pas ce qui vient de l’Esprit de Dieu, car c’est une folie pour lui ; il est même incapable de le comprendre, parce que c’est spirituellement qu’on en juge. Cela signifie que la personne qui n’est pas régénérée spirituellement ne peut pas discerner la personne et la présence de l’Esprit, tout comme les ennemis de Jésus ne pouvaient pas le reconnaître comme le sauveur lorsqu’il exerçait son ministère il y a 2000 ans.


Le théologien Edwin A. Blum a dit : « Tout comme les ondes radiophoniques ne peuvent pas être captées sans poste radio, le Saint-Esprit n’est pas reçu par ceux qui n’ont pas de vie spirituelle, c’est-à-dire qui ne sont pas sauvés. » (Commentaire Biblique du Chercheur [2013] – p.363 – Editions IMPACT). Comme ce n’est pas le monde le bénéficiaire de la Pentecôte, on serait tenté de dire : « tous les chrétiens ». A cette réponse, j’ai envie de dire : oui...et non !


OUI, parce qu’en effet, la Pentecôte est un des actes rédempteurs qui ne cible que les chrétiens, tout comme le retour de Jésus pour l’enlèvement de l’église.


NON, parce qu’il faut préciser ce que nous entendons par « chrétiens ». Tous ceux qui se disent chrétiens, ne le sont pas réellement. N’est pas chrétien celui qui ne fait qu’adhérer à une église chrétienne. Il faut davantage que cela. Et justement, Jésus qualifie ceux qui sont les vrais chrétiens auxquels s’adresse la Pentecôte dans le v.15 : Si vous m’aimez, gardez mes commandements. Lorsque quelqu’un prétend avoir la foi en Christ, l’authenticité de cette foi se manifeste par l’amour et l’obéissance envers Jésus.


Nous ne pouvons pas aimer une personne que nous ne connaissons pas, et nous ne pouvons pas obéir quelqu’un auquel nous ne sommes pas soumis et que nous ne respectons pas. Ainsi, la Pentecôte s’adresse à des individus qui connaissent Jésus parce qu’ils entretiennent avec lui une relation privilégiée qui s’expriment par l’amour et l’obéissance.


Voyons comment l’apôtre Paul définit un vrai chrétien selon Ep 6.24 : Que la grâce soit avec tous ceux qui aiment notre Seigneur Jésus-Christ d’un amour inaltérable ! Ailleurs il dit dans 1 Co 16.22 : Si quelqu’un n’aime pas le Seigneur, qu’il soit anathème ! Ce dernier mot signifie « maudit ». Cela nous permet de comprendre comment le Saint-Esprit, qui a inspiré Paul dans ce qu’il a écrit, perçoit celui ou celle qui n’aime pas Jésus. Or, comment montrons-nous au Seigneur que nous l’aimons ? En faisant des déclarations sentimentales ? En réalité, le v.15 déclare que quelqu’un n’aime pas Jésus s’il ne lui obéit pas ! Dans l’ensemble du texte, que nous n’avons pas lu en entier, le Christ répète à plusieurs reprise le lien qui existe entre l’amour que nous prétendons avoir pour lui et notre obéissance à ce qu’il dit :

v.21(a) : Celui qui a mes commandements et qui les garde, c’est celui qui m’aime…

v.23(a) : Si quelqu’un m’aime, il gardera ma parole…

v.24(a) : Celui qui ne m’aime pas ne garde point mes paroles.


Jésus pose une question lourde de sens à ceux qui prétendent croire en lui sans lui obéir dans Lu 6.46 : Pourquoi m’appelez-vous Seigneur, Seigneur ! et ne faites-vous pas ce que je dis ? Cette question d’obéissance est si importante, qu’elle est même un des deux principaux critères du jugement de Jésus-Christ lorsqu’il reviendra pour punir ceux qui ne connaissent pas Dieu et ceux qui n’obéissent pas à l’Evangile de notre Seigneur Jésus (2 Th 1.8).


Selon l’épître aux Hébreux, Jésus est devenu pour tous ceux qui lui obéissent l’auteur d’un salut éternel (He 5.9). En d’autres mots, Jésus n’est le sauveur que de ceux qui lui obéissent. Est-ce que tous les chrétiens connaissent cette condition du salut ? Il en est de même pour le don du Saint-Esprit, dont la Pentecôte signale la venue sur terre. Notons ce que les apôtres disent dans Ac 5.32 : Nous sommes témoins de ces choses, de même que le Saint-Esprit, que Dieu a donné à ceux qui lui obéissent.


Nous avons donc la réponse à notre première question : la Pentecôte s’adresse uniquement aux véritables chrétiens, c’est-à-dire à ceux qui sont entrés dans une relation vivante avec Jésus-Christ et qui le manifestent par une vie d’amour et d’obéissance à sa divine personne. Maintenant il faut sérieusement se demander si nous faisons partie de cette catégorie ?...


II. SUR QUELLE BASE LA PENTECÔTE A-T-ELLE EU LIEU ?

Par cette question, nous cherchons à savoir quel est l’élément déclencheur de la venue du Saint-Esprit le jour de la Pentecôte. Dieu ne fait jamais rien au hasard. Il y a toujours une raison qui sous-tend chacune de ses actions. Nous avons dit que la Pentecôte est une des étapes du plan rédempteur de Dieu, et qu’il se situe après la crucifixion, donc de la résurrection et de l’ascension de Jésus. Pourquoi ? Christ nous donne la réponse au v.16(a) : Et moi, je prierai le Père, et il vous donnera…


Il fallait que Jésus entre dans son ministère d’intercession qui ne pouvait avoir lieu qu’à partir du moment où il entrait dans sa fonction de souverain sacrificateur et qu’il apparaissait devant Dieu pour plaider notre cause. C’était le rôle du souverain sacrificateur dans l’Ancien Testament de représenter la nation d’Israël devant Dieu lorsqu’il pénétrait dans le lieu très saint une fois par an, le jour des expiations. Or, c’est exactement ce que Jésus a fait pour nous lorsqu’il est monté au ciel. C’est ce que nous apprend He 9.24 : Car Christ n’est pas entré dans un sanctuaire fait de main d’homme, en imitation du véritable, mais il est entré dans le ciel même, afin de comparaître maintenant pour nous devant la face de Dieu.


Tout comme il existait autrefois en Israël trois fonctions de direction : le prophète, le roi et le souverain sacrificateur, il faut savoir que Jésus occupe à lui seul ces trois fonctions, mais que chacune d’elles se déroule selon un agenda précis :

  • Tout d’abord, c’est en tant que prophète que Jésus a exercé son ministère terrestre en Palestine il y a deux mille ans.

  • Ensuite, c’est en tant que souverain sacrificateur que Jésus officie devant la face de Dieu depuis qu’il a été crucifié, ressuscité et élevé jusqu’au ciel.

  • Et enfin, c’est en tant que roi qu’il reviendra établir son royaume de 1000 ans sur terre, après avoir enlevé son église pour qu’elle règne avec lui.

Depuis son ascension, Jésus occupe la fonction de souverain sacrificateur auprès de Dieu. Après avoir offert son sang pour nous racheter et nous purifier de nos péchés, il a commencé son ministère officiel d’intercession selon Ro 8.34 : Christ est mort ; bien plus, il est ressuscité, il est à la droite de Dieu, et il intercède pour nous ! Notons que dans Jn 14.16, le verbe prier est au futur : « Et moi, je prierai le Père », ce qui indique qu’il y a eu un moment précis où Jésus a demandé au Père de donner le Saint-Esprit à ses disciples, et cela s’est produit lorsqu’il a comparu pour nous, en tant que notre représentant, devant la face de Dieu.


Nous avons également la réponse à notre seconde question : la Pentecôte a eu lieu sur la base de la mort, de la résurrection, de l’ascension et de l’intercession de Jésus en tant que souverain sacrificateur qui plaide en notre faveur devant le trône du Père. Croyons-nous pleinement dans sa mort et sa résurrection pour nous ? Le croyez-vous ?...


III. QUELS SONT LES RESULTATS DE LA PENTECÔTE ?

C’est pour répondre à cette question que nous devons élargir notre perspective de la Pentecôte. Nous ne devons pas la voir uniquement comme la venue du Saint-Esprit qui distribuerai des charismes aux disciples. Même si cela est vrai, il y a vraiment communication de charismes, la Pentecôte c’est beaucoup plus que cela ! Nous découvrons dans les paroles de Jésus que le principal fruit qui découle de la Pentecôte, c’est la présence active du Saint-Esprit. Regardez ce que Jésus dit dans les versets suivants :

v.16 : …et il vous donnera un autre consolateur, afin qu’il demeure éternellement avec vous,

v.17 : l’Esprit de vérité…vous le connaissez, car il demeure avec vous, et il sera en vous.

v.26 : Mais le consolateur, l’Esprit-Saint, que le Père enverra en mon nom, vous enseignera toutes choses, et vous rappellera tout ce que je vous ai dit.


Donc le Fils intercède auprès du Père afin qu’il donne le Saint-Esprit. Dans ces trois versets, Jésus nous dit qui est le Saint-Esprit et ce qu’il fera pour nous.


a. Il est l’autre consolateur.

Tout d’abord, en l’appelant « consolateur » Jésus le dépeint comme celui qui « se tient à nos côtés pour nous assister » selon la signification du mot utilisé. On se servait de ce mot pour désigner les avocats de la défense lors d’un procès. Ensuite, il est l’autre consolateur, c’est-à-dire qu’il est de la même espèce que Jésus, semblable à lui en tous points, même s’il en est distinct car il est une personne à part entière. Cela signifie que pendant trois ans Jésus s’est trouvé aux côtés de ses disciples pour les aider dans tous les domaines. Cependant, même s’il s’en allait, quelqu’un d’autre prendrait sa place, mais manifesterait la même compassion, le même amour et la même puissance que lui.


b. Il est l’Esprit de la vérité.

Cela signifie que le Saint-Esprit est en même temps l’essence de la vérité et celui qui conduit dans la vérité. Il ne peut y avoir de réelle présence du Saint-Esprit sans que la vérité soit acceptée, honorée et obéie. C’est pour cela que nous devons veiller à croire dans le vrai évangile, afin d’être connecté au vrai Jésus et au vrai Saint-Esprit, et non à une contrefaçon qui viendrait du royaume des ténèbres. C’est ce dont parle l’apôtre Paul dans 2 Co 11.4 : Car, si quelqu’un vient vous prêcher un autre Jésus que celui que nous avons prêché, ou si vous recevez un autre Esprit que celui que vous avez reçu, ou un autre Évangile que celui que vous avez embrassé, vous le supportez fort bien.


c. Il demeure éternellement avec nous.

Dans l’Ancien Testament, les croyants n’avaient pas la présence permanente du Saint-Esprit, car il pouvait se retirer lorsque l’individu agissait mal. C’est ce qui faisait dire au roi David dans le Ps 51.13 : Ne me rejette pas loin de ta face, Ne me retire pas ton esprit saint. Par contre, quand le Saint-Esprit viendra le jour de la Pentecôte dans la vie des croyants de la nouvelle alliance, il ne s’en ira jamais car Jésus affirme : il demeure éternellement avec vous. Il ne s’en va pas dès que nous pêchons ou faiblissons spirituellement, car nous sommes scellés par sa présence. C’est pourquoi Paul dit dans Ep 4.30 : N’attristez pas le Saint-Esprit de Dieu, par lequel vous avez été scellés pour le jour de la rédemption.


d. Il est en nous.

Non seulement sa présence nous est donnée pour l’éternité, mais parce que nous le connaissons, Jésus déclare qu’il sera en vous. Le temps du verbe grec indique qu’il s’agit d’une présence intérieure permanente et ininterrompue. Paul précise comment le Saint-Esprit demeure en nous dans 1 Co 6.19 : Ne savez-vous pas que votre corps est le temple du Saint-Esprit qui est en vous, que vous avez reçu de Dieu, et que vous ne vous appartenez point à vous-mêmes ? Le Saint-Esprit fait de nous son temple. Le mot grec utilisé ici (= naos) sert à désigner la partie la plus sacrée de l’édifice de Jérusalem, à savoir le lieu très saint là où se devait se trouver l’arche de l’alliance.


e. Il nous enseigne et nous rappelle les vérités éternelles.

Sa présence en nous vise deux choses précises : nous enseigner toutes choses et nous rappeler ce que Jésus a dit. Cette promesse de Jésus est à comprendre à deux niveaux : le premier concerne les apôtres et le second concerne tous les vrais chrétiens. Concernant les apôtres, nous nous souvenons qu’ils ne pouvaient pas tout comprendre lorsque Jésus était avec eux, mais le Saint-Esprit était chargé de compléter leur formation dans toute la vérité selon Jn 16.12-13 :

12 J’ai encore beaucoup de choses à vous dire, mais vous ne pouvez pas les porter maintenant.

13 Quand le consolateur sera venu, l’Esprit de vérité, il vous conduira dans toute la vérité ; car il ne parlera pas de lui-même, mais il dira tout ce qu’il aura entendu, et il vous annoncera les choses à venir.


Non seulement le Saint-Esprit a aidé les apôtres à se souvenir des paroles de Jésus afin de rédiger fidèlement les évangiles, mais il les a aussi rendus capables de les comprendre et leur a également donné la révélation de toutes les vérités qu’ils devaient consigner dans les épîtres du Nouveau Testament. Concernant les chrétiens, ce ministère d’enseignant du Saint-Esprit ne consiste pas à révéler de nouvelles vérités car cette révélation est complète depuis que l’Apocalypse a été rédigé.


Jude 3 : Bien-aimés, comme je désirais vivement vous écrire au sujet de notre salut commun, je me suis senti obligé de le faire afin de vous exhorter à combattre pour la foi qui a été transmise aux saints une fois pour toutes.


Il est plutôt question de l’assistance du Saint-Esprit qui éclaire les chrétiens lorsqu’ils s’appliquent à étudier les Saintes Écritures. Cela nous rappelle que l’action de l’Esprit dans notre vie est directement et intimement reliée à la place de la Bible dans notre cœur. Á la Pentecôte, le Saint-Esprit est venu pour être notre assistant, mais il ne fait pas de nous des assistés, ce qui signifie que nous devons fournir les efforts nécessaires pour comprendre la vérité contenue dans les Écritures.


Pour résumer, la Pentecôte c’est tout d’abord l’accomplissement d’une incroyable promesse en faveur d’individus qui connaissent personnellement Jésus en tant que Seigneur et sauveur, qui l’aiment et qui lui obéissent.


Ensuite, la Pentecôte c’est l’aboutissement d’une œuvre qui a commencé à la croix lorsque Jésus a payé de son sang pour notre rédemption, et qui s’est achevée lorsqu’il a prié pour nous devant le trône du Père en tant que notre représentant légal.


Et enfin, la Pentecôte c’est l’union du Saint-Esprit avec notre esprit au point où notre corps est devenu son temple, et qu’il soit en mesure de nous conduire dans la compréhension de toute la vérité de l’évangile de notre Seigneur Jésus-Christ.

Que Dieu nous aide à apprécier toute la richesse qu’il a investie dans la Pentecôte selon Jésus

84 vues