LE SECRET DE L’EXPERIENCE

Dans les articles précédents, j’ai parlé à plusieurs reprises de l’expérience de la présence divine. Dans cet article, je souhaite vous communiquer une juste perspective des expériences spirituelles que nous pouvons faire. Je ne voudrais pas que vous tentiez de provoquer ces expériences par des « trucs » émotionnels. Ne tombez surtout pas dans ce piège. C’est pourquoi, je vous invite à réfléchir à la question, et nous commencerons par la lecture de 2 Co 3.18 : Nous tous qui, le visage découvert, contemplons comme dans un miroir la gloire du Seigneur, nous sommes transformés en la même image, de gloire en gloire, comme par le Seigneur, l’Esprit.

Nous sommes tous un peu « envieux » des expériences extraordinaire que des hommes ont fait avec Dieu dans la Bible. Secrètement, nous aurions voulu vivre les rencontres que des personnes comme Abraham, Moïse, Elie, David, Pierre ou Paul ont eu avec le Seigneur. N’est-il pas vrai que nous ressentons une certaine frustration de ne pas avoir les mêmes révélations ou les mêmes visions qu’ils ont eu, si bien que nous avons l’impression qu’il nous manque quelque chose ? Cependant, la Bible dit dans 2 P 1.3 : Comme sa divine puissance nous a donné tout ce qui contribue à la vie et à la piété, au moyen de la connaissance de celui qui nous a appelés par sa propre gloire et par sa vertu.


Nous avons à notre disposition absolument tout ce qu’il nous faut, pour vivre une vie riche en intimité et en piété, comme si nous avions fait les mêmes expériences que ces héros que nous admirons tant. Mais qu’est-ce qui me permet de parler ainsi ? Parce que ce verset déclare que la divine puissance a pourvu à la vie et à la piété en nous les donnant. Mais comment nous les a-t-elle données ? Par le moyen de la connaissance de celui qui nous a appelés à lui appartenir.


En d’autres termes, nous avons accès à la connaissance à laquelle Dieu, par sa puissance, a pourvue, afin que nous ne manquions de rien en termes de vie et de piété. Cela signifie que les expériences extraordinaires que ces grands hommes de Dieu ont faites, sont rapportées dans la Bible pour que nous en retirions les bénéfices.


Le récit de leurs expériences extraordinaires n’est pas dans la Bible pour que nous ayons envie d’en faire les mêmes, c’est-à-dire de vivre exactement ce qu’ils ont vécu en termes de manifestations extérieures de Dieu, et que nous soyons frustrés de ne pas les vivre, mais elles sont là pour que nous puissions nous identifier à elles, et apprendre ce que ces hommes ont appris lorsqu’ils ont fait ces expériences à leur époque.


Il s’agit d’un principe que peu de chrétiens savent aujourd’hui, parce qu’ils n’ont pas saisi la nature de la Bible : ils croient que c’est un livre sacré, mais c’est plus que cela, c’est un livre vivant. Jésus a fait cette magnifique déclaration dans Jn 6.63 : C’est l’esprit qui vivifie ; la chair ne sert de rien. Les paroles que je vous ai dites sont esprit et vie.


Beaucoup de croyants comprennent de travers cette déclaration de Jésus : ils croient que Jésus dit que c’est le Saint-Esprit qui vivifie (= rend vivant). Mais ce n’est pas ce qu’il dit. En réalité, il énonce le principe suivant : c’est ce qui est spirituel qui rend vivant, et non ce qui est charnel. Ensuite, il précise que ses paroles possèdent cette qualité vivifiante, parce qu’elles sont justement de nature spirituelle : « Les paroles que je vous ai dites sont esprit et vie ». Conclusion : si nous avons besoin de vie, nous devons nous tourner vers les paroles du Seigneur ! La Bible elle-même affirme qu’elle est littéralement imprégnée de la vie divine :

He 4.12 : Car la parole de Dieu est vivante et efficace, plus tranchante qu’une épée quelconque à deux tranchants, pénétrante jusqu’à partager âme et esprit, jointures et moelles ; elle juge les sentiments et les pensées du cœur.


Le mot « efficace » en grec signifie « agissante, opérante ». Cela signifie que si nous croyons en elle, si nous croyons que Dieu parle par elle, la Bible agira pour que ce que nous lisons devienne réelle dans notre esprit. C’est ce que confirme l’apôtre Paul dans 1 Th 2.13 : C’est pourquoi nous rendons continuellement grâces à Dieu de ce qu’en recevant la parole de Dieu, que nous vous avons fait entendre, vous l’avez reçue, non comme la parole des hommes, mais, ainsi qu’elle l’est véritablement, comme la parole de Dieu, qui agit en vous qui croyez.


Notons ce que Paul dit ici : la parole de Dieu qui agit en vous ! C’est le mode opératoire de Dieu : il agit depuis l’intérieur de notre esprit par sa Parole, lorsque nous la recevons avec confiance. C’est pour cela que j’insiste tellement sur le rapport étroit qui doit exister entre la Bible et nous, en tant que chrétiens. Hélas ! Trop de chrétiens opposent encore la Bible au Saint-Esprit, en se servant de textes comme 2 Co 3.6 : Il nous a aussi rendus capables d’être ministres d’une nouvelle alliance, non de la lettre, mais de l’esprit ; car la lettre tue, mais l’esprit vivifie.


Ils disent : « La lettre de la Bible tue ! Nous avons besoin du Saint-Esprit pour recevoir la vie ». Mais ce n’est pas du tout ce qu’enseigne ce verset. Paul n’oppose pas la Bible, en tant que livre rempli de lettres qu’il faut lire, à l’action du Saint-Esprit. Non, absolument pas ! Si nous lisons tout le chapitre, nous verrons que Paul dit que la Loi de Moïse produit la mort chez ceux qui essaient de se soumettre à elle, parce qu’en réalité, ils ne le peuvent pas, en raison de l’incapacité naturelle de l’homme à obéir à cette Loi.


C’est donc les commandements de la Loi de Moïse qui tuent, et non la Parole inspirée et mise par écrit. Ajoutons aussi que la Parole de Dieu, la Bible, est déjà vivante, nous n’avons pas à la rendre vivante. Paul ne dit pas non plus que nous avons besoin d’une expérience du Saint-Esprit qui remplace la Parole de Dieu, comme si celle-ci était trop limitée pour agir en nous. Si c’était le cas, il n’aurait pas déclaré dans 2 Ti 3.16 : Toute Ecriture est inspirée de Dieu, et utile pour enseigner, pour convaincre, pour corriger, pour instruire dans la justice.


Notons que la Parole écrite est utile. Il n’est pas question de rechercher une expérience particulière avec le Saint-Esprit pour la rendre utile, elle l’est déjà, parce qu’elle est vivante et efficace. Notre problème, c’est que nous traitons la Bible comme un livre commun. Nous ne l’abordons pas comme nous le devrions. Nous ne sommes pas conscients que la vie divine est dans chacune de ses pages, parce qu’elle est littéralement soufflée de Dieu. Voici un principe à ne pas oublier : Notre union avec Dieu est proportionnelle à notre union avec sa Parole.


Si nous changions notre rapport à la Bible, nous changerions en même temps notre rapport à Dieu, et notre capacité à recevoir la vie qui est en elle. C’est ce principe que nous enseigne Es 55.10-11 :

10 Comme la pluie et la neige descendent des cieux, Et n’y retournent pas Sans avoir arrosé, fécondé la terre, et fait germer les plantes, Sans avoir donné de la semence au semeur Et du pain à celui qui mange,

11 Ainsi en est-il de ma parole, qui sort de ma bouche : Elle ne retourne point à moi sans effet, Sans avoir exécuté ma volonté Et accompli mes desseins.


Trois vérités importantes sont contenues dans ces versets :

1) Il y a un lien de cause à effet entre la Parole de Dieu et nous : si elle descend jusqu’à notre cœur, elle agit comme une semence et finit par porter du fruit.

2) Cette parole est plus qu’une information pour notre cerveau, car elle est, en réalité, un évènement divin. Le mot hébreu pour « parole » est « dabar », et signifie « évènement, chose ». Quand Dieu parle, quelque chose se produit.

3) Cette parole est l’agent exécuteur de la volonté de Dieu chez nous. Elle accompli en nous les desseins de Dieu. La Bible est un évènement de Dieu en nous.


Dieu ne nous demande pas de rechercher à faire les mêmes expériences qu’il a donné à certains de faire, ce serait injuste de sa part, car c’est par sa souveraineté que ces expériences ont eu lieu ! Nous ne pouvons pas les reproduire nous-mêmes. Ce qu’il nous offre est encore plus incroyable : si nous lisons dans la Bible le récit de ces expériences de la bonne façon et avec la bonne attitude, nous pouvons récolter les mêmes fruits que les hommes qui les ont vécues. C’est pourquoi Jésus a dit dans Jn 17.20 : Ce n’est pas pour eux seulement que je prie, mais encore pour ceux qui croiront en moi par leur parole.


Jésus n’a jamais prévu qu’il apparaitrait à tous les hommes en leurs faisant vivre tout ce qu’il a vécu avec ses disciples en Palestine. Non ! Il a prévu plutôt que si nous croyons à « leur parole », nous accéderions à la même relation qu’ils avaient avec lui...


Soulignons que ce n’est pas l’expérience elle-même que nous reproduisons, mais les fruits de l’expérience, en recevant avec confiance les paroles de ses témoins, telles quelles sont consignées dans la Bible. C’est ce que voulait dire l’apôtre Jean dans 1 Jn 1.3 : Ce que nous avons vu et entendu, nous vous l’annonçons, à vous aussi, afin que vous aussi vous soyez en communion avec nous. Or, notre communion est avec le Père et avec son Fils Jésus-Christ.


Jean annonce ce qu’il a vu et entendu, afin que nous soyons en communion avec le Père et le Fils, tout comme lui et les autres apôtres. Nous n’avons pas besoin d’aller en Israël au 1er siècle de notre ère, il nous suffit de recevoir la Parole, pour que la même communion nous soit accessible. En définitive, la seule expérience que nous devons faire, c’est de recevoir la Parole dans notre cœur, puis la laisser porter son fruit et produire ses résultats. Le Saint-Esprit est agissant à l’intérieur de la Parole, et non en dehors d’elle et en plus d’elle, comme si elle ne suffisait pas.


Nous avons lu tout à l’heure dans Es 55.11 : Ainsi en est-il de ma parole, qui sort de ma bouche : Elle ne retourne point à moi sans effet, Sans avoir exécuté ma volonté Et accompli mes desseins. Ce verset nous révèle le protocole à suivre : la parole doit sortir de la bouche de Dieu, pour ensuite retourner à lui si nous voulons qu’elle produise son effet. Nous devons donc nous poser deux questions :


1) Comment la parole sort elle de la bouche de Dieu ?

Elle sort de la bouche de Dieu, lorsque le chrétien s’en nourrit. La seule façon pour que la parole sort de la bouche de Dieu, c’est que le chrétien la reçoive dans son cœur en lui donnant son attention. Rappelez-vous ce que déclare Mt 4.4 : Jésus répondit : Il est écrit : L’homme ne vivra pas de pain seulement, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu.

Chaque fois que nous lisons la Bible, que nous la méditons en y réfléchissant, que nous l’étudions pour mieux la comprendre, la parole sort de la bouche de Dieu et entre dans notre esprit. Elle devient alors une semence de vie, prête à produire son fruit, en accomplissant le dessein de Dieu.


2) Comment cette parole retourne-t-elle à Dieu ?

Elle retourne à Dieu lorsque nous la transformons en prière et en déclaration d’intention, en adoptant une attitude de soumission à cette parole. Elle doit donc devenir l’autorité de notre vie. Nous ne pouvons faire rien de moins qu’être à son service.

Lu 1.38 : Marie dit : Je suis la servante du Seigneur ; qu’il me soit fait selon ta parole !


Voilà la prière que chaque chrétien doit prier chaque jour ! Marie n’a rien ressenti de particulier, mais quelques temps après, elle devint enceinte. La Parole avait agi en elle par la puissance du Saint-Esprit. Mais comment est la Parole de Dieu, telle que nous la possédons en tant que « Bible » ?

1 Pi 1.23 : vous avez été régénérés, non par une semence corruptible, mais par une semence incorruptible, par la parole vivante et permanente de Dieu. C’est une semence incorruptible, vivante et permanente ! Elle est toujours agissante, sans que sa puissance ait diminué le moins du monde.


Qu’Abraham, Moïse, David, Pierre et Paul deviennent nos amis. Fréquentons-les souvent dans la Bible. Lisons et méditons ce qui est écrit à leur sujet. Laissons leurs expériences s’enraciner dans notre cœur, non pour essayer de les imiter, mais pour que les mêmes fruits soient produits en nous. Faisons selon l’exhortation de Paul :

2 Co 3.18 : Nous tous qui, le visage découvert, contemplons comme dans un miroir la gloire du Seigneur, nous sommes transformés en la même image, de gloire en gloire, comme par le Seigneur, l’Esprit.

Quand nous contemplons la gloire du Seigneur révélée dans les expériences des héros de la Bible, nous sommes transformés en la même image, c’est-à-dire que nous récoltons les mêmes fruits qu’eux. Appliquons-nous à contempler la Parole ! C’est cela le secret de l’expérience...


A bientôt...




Posts récents

Voir tout