PROGRESSER DANS LA CONNAISSANCE DE DIEU N°2

Ne vous conformez pas au siècle présent, mais soyez TRANSFORMÉS par le renouvellement de l’intelligence, afin que vous discerniez quelle est la volonté de Dieu, ce qui est bon, agréable et parfait. (Ro 12.2)

Nous continuons d’examiner ce que nous devons faire pour progresser dans la connaissance de Dieu. Nous avons concentré notre étude sur le texte de Paul dans Col 1.9-11 :


9 C’est pour cela que nous aussi, depuis le jour où nous en avons été informés, nous ne cessons de prier Dieu pour vous ; nous demandons que vous soyez remplis de la connaissance de sa volonté, en toute sagesse et intelligence spirituelle,

10 pour marcher d’une manière digne du Seigneur et lui être entièrement agréables, portant des fruits en toutes sortes de bonnes œuvres et croissant par la connaissance de Dieu,

11 fortifiés à tous égards par sa puissance glorieuse, en sorte que vous soyez toujours et avec joie persévérants et patients.


Nous avons vu que l’apôtre Paul nous révèle les quatre principes fondamentaux pour une croissance dans la connaissance de Dieu. Les deux premiers sont :


1. La prière persévérante.


2. La communication spirituelle.


Considérons à présent les deux dernier :


1. La conduite agréable au Seigneur.

Paul poursuit en disant que si nous prions avec persévérance et que recevons la communication spirituelle par le Saint-Esprit, nous pourrons alors marcher d’une manière digne du Seigneur (v.10).


Qu’est-ce que cela veut dire ? Comment peut-on être digne de quelqu’un ou de quelque chose ? C’est lorsque nous représentons convenablement cette personne ou cette chose.


Par exemple, je ne peux pas prôner la sobriété si je suis souvent ivre. Je ne peux pas me faire l’avocat de l’honnêteté si je passe mon temps à tromper mes semblables.


Cela signifie qu’il doit y avoir une correspondance entre nous et celui dont nous devons être dignes. Notre vie doit être à l’image de la nature de Dieu : pure et pleine d’amour.


Comment cette conduite digne se manifeste t’elle ? L’apôtre précise : lui être entièrement agréables (v.10), c’est-à-dire en agissant conformément à ce qu’il nous dit dans sa parole.


Et si nous agissons ainsi, Paul ajoute : portant des fruits en toutes sortes de bonnes œuvres (v.10). Notons qu’il doit y avoir dans notre vie de bonnes œuvres, et non pas uniquement des paroles pieuses et religieuses.


Paul parle ici de la qualité de notre vie où nos paroles et nos actes correspondent à notre foi en Dieu. Si un croyant désire progresser dans la connaissance de Dieu, mais sans lui obéir par une manière digne de vivre, il n’obtiendra pas cette connaissance.


Quand Dieu voit que nous nous efforçons de marcher selon ses préceptes de sainteté, d’amour, d’humilité, d’honnêteté et de vérité, il nous permet alors d’atteindre l’intimité où il se révèle à nous et nous fait connaître sa personne de plus en plus.


Nous comprenons maintenant l’exhortation de l’apôtre Paul : Conduisez-vous d’une manière digne de l’Evangile de Christ (Ph 1.27) ; et marcher d’une manière digne de la vocation qui vous a été adressée (Ep 4.1).


2. L’endurance dans la marche avec Dieu.

Le quatrième principe concerne notre capacité à être persévérants et patients (v.11). Cela indique que le chemin de la connaissance de Dieu n’est pas un chemin facile. Il y a des déceptions, des frustrations, des épreuves et des souffrances.


Si nous n’avons pas d’endurance, nous ne progresserons jamais dans cette connaissance de Dieu. Quand on le présente de cette façon, cela semble être une haute montagne très dure à franchir...


Nous pouvons même nous décourager avant de commencer, si nous ne comprenons pas de quoi il s’agit exactement, et surtout comment nous pouvons y arriver. L’apôtre Paul nous explique ce qu’il en est, en soulignant deux aspects de cette marche avec Dieu :


- En disant « persévérants et patients », Paul utilise plus précisément les mots « constance » et « patience ». Il y a une différence fondamentale entre les deux mots :


La constance désigne le fait d’être persévérant dans les événements difficiles, c’est-à-dire à tout supporter malgré l’inconfort que cela produit momentanément.


La patience désigne le fait d’être persévérant malgré la présence de personnes difficiles, sans leur donner le droit de nous dévier de notre objectif initial.


Dans notre marche avec Dieu, nous rencontrons des situations et des individus que nous aimerions éviter parce qu’ils ne sont pas agréables. Et pourtant, ils font l’un et l’autre partie des voies de Dieu pour nous conduire dans sa connaissance.


C’est ainsi que Dieu travaille notre caractère, nous transforme et affine notre perception de la vraie vie. Quand nous passons par l’épreuve, nous découvrons réellement qui est Dieu, car à ce moment, il est le seul soutient sur lequel nous pouvons nous appuyer.


Cela a pour effet de nous faire connaître d’une façon plus subtile et plus profonde, qui il est véritablement, et comment il agit dans notre vie quand cela s’avère nécessaire.


Aucun livre ne peut nous donner la connaissance de Dieu comme le fait l’épreuve. Alors attendons-nous à trouver sur notre chemin des événements et de personnes qui vont pimenter notre vie.


C’est aussi une des raisons pour lesquelles la vie de la foi se vit au sein d’une église locale, car la communion fraternelle est aussi faite de cette patience envers des gens différents de nous.


Ceux qui fuient l’église locale parce qu’ils ne veulent pas « se frotter » aux autres, non seulement désobéissent au Seigneur qui a placé ses enfants dans une communauté, mais ils se privent aussi d’un moyen de grandir avec et malgré l’autre.


- Cependant, Dieu ne nous abandonne pas à nous-mêmes, il a prévu un moyen de nous venir en aide en promettant que nous serons fortifiés à tous égards par sa puissance glorieuse (v.11).


L’expression « puissance glorieuse » désigne « une force en action », et cela se réfère au Saint-Esprit. On en revient toujours à la même vérité :


La présence active de l’Esprit dans notre vie est une nécessité absolue pour grandir dans la connaissance de Dieu.

C’est lui qui nous soutiendra et nous donnera l’endurance dans les épreuves. C’est lui qui nous révélera qui est Dieu, ce qu’il peut et veut faire pour nous.


Nous dépendons totalement de lui si nous voulons progresser spirituellement : Ce n’est ni par la puissance ni par la force, mais c’est par mon esprit, dit l’Eternel des armées (Za 4.6).


Nous voici au terme de nos leçons sur les trois principales étapes de la croissance spirituelle : l’enfance, la jeunesse et l’âge adulte. Il serait utile de lire à nouveau ces différents articles, afin d’intégrer davantage les vérités qui y sont développées.


Tout n’a pas été dit, c’est certain, mais nous avons survolé l’essentiel des étapes que nous devons franchir pour expérimenter la transformation que Dieu veut opérer dans notre vie. Il reste encore beaucoup à voir. Nous le ferons selon que le Seigneur nous conduira.

48 vues