top of page

L’ENTOURAGE CELESTE DE DIEU

Ps 82.1 : Dieu se tient dans l'assemblée de Dieu ; Il juge au milieu des dieux.


Avant toute chose, notons ce principe important : la personne de Dieu et tout ce qui concerne sa proximité, sont décrits par des termes de la réalité quotidienne et non par des abstractions philosophiques. Grâce à ce verset, nous sommes en présence d’un concept d’une grande richesse théologique et largement méconnu dans la sphère chrétienne, mais que nous devons comprendre. Le Psaume quatre-vingt-deux parle en effet du Conseil Divin. Mais de quoi s’agit-il ?


Une représentation visuelle conceptuelle d'une réunion stratégique avec une silhouette d'homme debout devant une grande fenêtre donnant sur des gratte-ciel illuminés la nuit. La scène est vue de l'intérieur d'une salle de réunion où plusieurs silhouettes sont assises autour d'une table de conférence, évoquant une discussion ou un brainstorming. En arrière-plan, les lumières des bâtiments suggèrent une activité urbaine intense. Le ciel est visible à travers les fenêtres, renforçant l'atmosphère nocturne de la scène. Des textes en français 'L'ENTOURAGE CÉLESTE DE DIEU' et 'DIEU N'EST PAS SEUL À GÉRER LA CRÉATION' flottent au-dessus, suggérant un thème de collaboration divine dans la gestion de l'univers.

Le Conseil Divin est un organe décisionnel constitué de Dieu en tant que monarque suprême, et d'une assemblée de serviteurs surnaturels entourant son Trône dans un palais céleste. Le Conseil Divin désigne une incroyable réalité dans le monde spirituel divin, et décrit les rouages et les systèmes de l'univers, c’est-à-dire comment Dieu accomplit sa volonté par des serviteur divins. En des termes plus simples : Dieu est Roi et il commande à ses agents spirituels très puissants d'accomplir ses décisions autant dans l’univers visible que dans l’univers invisible.


Etant donné que ce sont les textes sacrés de la foi d’Israël qui transmet cette vérité, comment le peuple élu a-t-il eu connaissance de ce Conseil Divin ? Eh bien c’est grâce aux rapports que les prophètes visionnaires appelés « « chozeh » ont fait de leurs visions célestes. Ce sont des rapports de premiers plan concernant les cessions du Conseil Divin. De nombreuses visions sont rapportées dans la Bible, et elles semblent être à la source de la conception qu’Israël a de Dieu et des êtres spirituels qui sont à son service. Le concept de Conseil Divin était très important aux yeux des écrivains bibliques, mais au fil du temps, il a été supprimé dans le judaïsme ainsi que dans le christianisme. Je pense qu’il serait utile de faire « un état des lieux » de cette réalité invisible.


Les Preuves Bibliques du Conseil Divin


En plus du Ps 82.1, lisons cet autre texte  où nous retrouvons le concept de Conseil Divin. Il s’agit du Ps 89.6-8 :

6 Les cieux célèbrent tes merveilles, ô Éternel ! Et ta fidélité dans l'assemblée des saints.

7 Car qui, dans le ciel, peut se comparer à l'Éternel ? Qui est semblable à toi parmi les fils de Dieu ?

8 Dieu est terrible dans la grande assemblée des saints, Il est redoutable pour tous ceux qui l'entourent.


Dans ces deux passages, trois termes hébreux différents servent à décrire du Conseil Divin lorsqu’il se réunit en session : edah, qahal et cowd. Le mot «edah », que nous retrouvons dans le Ps 82.1, signifie « congrégation, assemblée, rassemblement ou compagnie ». Ce terme hébreu est également utilisé pour désigner parfois le rassemblement d'Israël, comme dans Ex 12.3 : Parlez à toute l'assemblée (‘edah) d'Israël, et dites : Le dixième jour de ce mois, on prendra un agneau pour chaque famille, un agneau pour chaque maison.


Le mot « qahal », présent dans le Ps 89.6, signifie « assemblée, foule, congrégation, ou convocation ». Non seulement il sert à désigner l’assemblée d’Israël, mais il est aussi le parallèle du mot grec « ekklesia » qui, comme on le sait, sert à désigner l’Eglise. Voici les textes où nous les retrouvons sous leur forme hébreu et grec :

No 14.5 : Moïse et Aaron tombèrent sur leur visage, en présence de toute l'assemblée (qahal) réunie des enfants d'Israël.

Ac 7.38 : C'est lui qui, lors de l'assemblée (ekklesia) au désert, étant avec l'ange qui lui parlait sur la montagne de Sinaï et avec nos pères, reçut des oracles vivants, pour nous les donner.


Le mot « cowd », quant à lui, signifie « secret, confidence et conciliabule » ce dernier mot signalant une conversation où l'on chuchote. On retrouve le mot « cowd » dans des passages qui parlent de l’intimité avec Dieu comme dans : Job 15.8 : As-tu reçu les confidences (cowd) de Dieu ? Ainsi que dans le Ps 25.14 : L'amitié (cowd) de l'Eternel est pour ceux qui le craignent. C’est un mot d’une grande richesse, car il sert à désigner le cercle restreint d'un  Roi, c’est-à-dire ses amis les plus intimes et ses plus proches conseillers qui connaissent sa pensée et qui discutent avec lui de ses plans. On le retrouve dans le Ps 89.8 : Dieu est terrible dans la grande assemblée (cowd)  des saints, Il est redoutable pour tous ceux qui l'entourent. Notez que la fin du verset transmet le notion de l’entourage céleste de Dieu.


Faire partie du « cowd » de Dieu est le un grand privilège qui n’est pas accordé à tous. Jésus connait mieux que personne la pensée et le plan de Dieu, car il occupe une place unique dans le cowd divin. C’est pourquoi nous lisons dans Jn 1.18 : Personne n'a jamais vu Dieu ; le Fils unique, qui est dans le sein du Père, est celui qui l'a fait connaître. Intéressons-nous maintenant à la nature de ceux qui font partie de l’entourage céleste.


Les termes utilisés pour désigner les membres du Conseil Divin


Nous voyons dans la Bible que les membres du Conseil Divin ont plusieurs noms ou titres. Voici une liste très succincte  de ces membres :


  1. Ils sont appelés les « saints » comme dans le Ps 89.8 : Dieu est terrible dans la grande assemblée des saints… 

  2. Ils sont aussi appelés les « esprits », comme dans 1 R 22.19 ; 21 :

  3. Ils sont appelés les « élevés » comme dans Job 21.22 (Ostervald) : Enseignerait-on la science à Dieu, lui qui juge ceux qui sont élevés ? (la Bible Segond traduit : esprits célestes)

  4. Ils sont appelés les « fils de Dieu » comme dans Job 1.6 : Or, les fils de Dieu vinrent un jour se présenter devant l'Éternel, et Satan vint aussi au milieu d'eux.

  5. Ils sont appelés les « juges » comme dans Da 7.9-10 :

  6. ils sont appelés « l’armée des cieux » comme dans 2 Ch 18.18 : J'ai vu l'Éternel assis sur son trône, et toute l'armée des cieux se tenant à sa droite et à sa gauche.


Cette diversité de titres et de noms, suggère les différents rôles que jouent les membres du Conseil Divin dans leur relation à Dieu en tant que Roi (Ps 10.16), Juge (Ps 7.12) et Chef de l’armée (Jo 5.14). La conclusion que nous pouvons tirer de ces différents texte, c’est que Dieu et son entourage céleste faisait partie intégrante de la foi d’Israël, personne n’en était confus ou troublé car la révélation prophétique apportait une connaissance claire du monde invisible. Ce n’est hélas pas le cas aujourd’hui dans le Christianisme ! Certains sont ébranlés lorsqu’ils prennent connaissance de ce que nous partageons dans cet article. Ceci est dû à un enseignement insuffisant de la Bible, si bien que les croyants restent, pour beaucoup d’entre eux, des bébés spirituels qui éprouvent de grandes difficultés devant la richesse et la profondeur de la révélation biblique.



Les deux familles de Dieu


Le concept du Conseil Divin jette aussi un éclairage sur « les pluriels de la genèse », dans les deux passages où Dieu se réfère à « nous » et à « notre », en plus des verbes à la première personne du pluriel. Les textes les plus connus sont :

Ge 1.26 : Puis Dieu dit : Faisons l'homme à notre image, selon notre ressemblance…

Ge 3.22 : L'Éternel Dieu dit : Voici, l'homme est devenu comme l'un de nous, pour la connaissance du bien et du mal.


On a toujours dit que « les pluriels de la genèse » font référence à la Trinité, mais les recherches techniques en grammaire hébraïque et en exégèse ont montré que la Trinité n'est pas une explication cohérente. Voir la Trinité dans « les pluriels de la genèse » revient à introduire de façon arbitraire le Nouveau dans l'Ancien Testament. N’oubliez jamais que toute la Bible est une révélation progressive, c’est-à-dire que la vérité et dévoilée à petites doses, de façon graduelle. C’est ainsi que, contrairement au Nouveau Testament, l'Ancien Testament ne contient pas de phrases trinitaires toutes faites, comme « Au nom du Père du Fils et du Saint-Esprit » (Mt 28.19). 


De plus, pourquoi les membres de la Trinité auraient-ils besoin de se parler mutuellement pour se dire quoi faire, étant donné qu’ils sont « un » et partagent simultanément la même connaissance ? La solution est beaucoup plus simple, une solution qu'un ancien Israélite aurait facilement discernée, en raison de sa connaissance du Conseil Divin. Il s'agit d'une personne unique qui s'adresse à un groupe : Dieu aux membres de son conseil divin. Laissez-moi vous donner un exemple pour que vous saisissiez mieux de quoi nous parlons.


Si je dis à des amis réunis chez moi : « Commandons des pizzas pour le repas ! » C'est moi qui parle, et le groupe écoute ce que je dis. De la même manière, Dieu déclare à son Conseil Divin : « Créons l'humanité ! » Mais si Dieu s'adresse ici à son Conseil Divin, cela suggère-t-il que l'humanité a été créée par plus d'un Dieu ? La création de l'humanité était-elle un projet de groupe ? Non, absolument pas ! Revenons à mon illustration des pizzas : si c'est moi qui passe commande et paie les pizzas après l'avoir proposé, ce n’est pas le groupe, mais c’est moi qui  conserve à la fois l'inspiration et l'initiative de l'ensemble du projet.


Ge 1.27 : Dieu créa l'homme à son image, il le créa à l'image de Dieu, il créa l'homme et la femme.

Dieu est le seul à avoir créé, car tous les verbes sont au singulier. Les autres membres du Conseil Divin ne participent pas à la création, ils ne font observer comme ils l’ont fait pour le reste de la création. C’est ce que nous découvrons dans Job 38.4 ; 7 :

4 Où étais-tu quand je fondais la terre ?...

7 Alors que les étoiles du matin éclataient en chants d'allégresse, Et que tous les fils de Dieu poussaient des cris de joie ?


On peut se demander pourquoi entre Ge 1.26 et Ge 1.27, le langage passe du pluriel au singulier ? Pour le découvrir, il faut comprendre ce que signifie réellement le terme « image ». Voici, à ce sujet, quelques pistes intéressantes :

  1. Les hommes et les femmes sont inclus dans le port de l’image de divine de manière égale.

  2. Le port de l'image divine est ce qui distingue l'homme du reste de la création terrestre, c'est-à-dire des plantes et des animaux, et non des  êtres célestes.

  3. Les pluriels dans le récit de la création de l’être humain signifient que nous partageons quelque chose avec les êtres célestes lorsqu'il s'agit de porter l'image de Dieu.

  4. Il y a quelque chose dans l'image qui rend l'homme « semblable » à Dieu d'une certaine manière.

  5. Rien ne suggère que l'image a été conférée de manière partielle. Soit on est créé porteur de l'image de Dieu, soit on ne l'est pas.


La vraie signification de l’image de Dieu


Mais alors, que signifie que l’homme a été créé à l’image de Dieu ? La signification de la préposition « à » dans l'expression « Dieu créa l'homme à son image » (Ge 1.27) est la clé de la compréhension. En français, la préposition « à » peut désigner des idées différentes. Par exemple, si je dis : « Je suis à Paris », « à » indique un emplacement, un lieu. Ensuite, si je dis : « J’ai beaucoup lu, je suis à la fin du dernier chapitre », « à » indique le résultat d’une action. Et enfin, si je dis « J’ai travaillé pendant 30 ans à la mairie », « à » indique une fonction ou une profession.


C’est ce dernier exemple qui nous renvoie à la signification de la préposition « à » dans Ge 1.27. Si nous considérons l'image comme une fonction, sous avons été créés pour être l'image de Dieu. Cela signifie que l'image n'est pas une capacité que nous manifestons, mais c’est plutôt un statut que nous possédons. Nous sommes les représentants de Dieu sur terre. Être un homme ou une femme, c'est être à l'image de Dieu. C’est pourquoi, juste après la création de l’homme à l’image de Dieu, Dieu confie à l’homme sa mission et que les théologiens nomment : « le mandat de domination ».


Ge 1.28 : Dieu les bénit, et Dieu leur dit : Soyez féconds, multipliez, remplissez la terre, et l'assujettissez ; et dominez sur les poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel, et sur tout animal qui se meut sur la terre.


Dieu seul a créé les êtres humains pour qu'ils fonctionnent comme ses administrateurs sur la planète terre. En tant qu’hommes et femmes, nous sommes, en quelque sorte, les membres du conseil qui gère les affaires de Dieu dans ce monde visible. Mais il a également créé les autres Elohim du royaume invisible. Ils sont également porteurs de son image dans le sens qu’ils exécutent sa volonté en agissant comme ses représentants. Ils sont son Conseil Divin dans le monde invisible. Si vous gardez cela à l’esprit, vous comprenez mieux pourquoi Paul a dit dans Ep 3.14-15 :

14 A cause de cela, je fléchis les genoux devant le Père,

15 duquel tire son nom toute famille dans les cieux et sur la terre.


Il ressort d’une étude attentive de la Bible que l’intention de Dieu était de créer deux familles afin que ceux qui les composent soient ses représentants dans deux domaines distincts : les cieux et la terre. Par conséquent, « les pluriels de la genèse » nous informent que les deux familles de Dieu, les humains et les non-humains, les êtres spirituels, partagent le statut d'image, bien que leurs sphères d’existence soient différentes. C’est à partir de cette vérité que De 4.19 prend tout son sens : Veille sur ton âme, de peur que, levant tes yeux vers le ciel, et voyant le soleil, la lune et les étoiles, toute l'armée des cieux, tu ne sois entraîné à te prosterner en leur présence et à leur rendre un culte. Vous l’avez compris : c’est une interdiction indéniable de tout acte d’idolâtrie.


Savez-vous pourquoi Dieu interdit l’idolâtrie dans la Bible ? Savez-vous quelle en est la véritable raison ? C’est parce qu’il ne veut pas que les enfants de la famille humaine adorent les enfants de la famille céleste. Souvenez-vous de ce qui est écrit dans Ap 19.9-10 :

9 Et l'ange me dit : Écris : Heureux ceux qui sont appelés au festin des noces de l'agneau ! Et il me dit : Ces paroles sont les véritables paroles de Dieu.

10 Et je tombai à ses pieds pour l'adorer ; mais il me dit : Garde-toi de le faire ! Je suis ton compagnon de service, et celui de tes frères qui ont le témoignage de Jésus. Adore Dieu.


L’ange auquel l’apôtre Jean était confronté l’empêche de commettre le péché d’idolâtrie. C’est quand même incroyable que le grand apôtre Jean ait été tenté d’adorer cet ange, n’est-ce pas ? Je crois que c’est parce qu’il a été exposé à une telle gloire angélique, qu’il en est arrivé à oublier l’exhortation de De 4.19. Mais heureusement que cet ange n’était pas un ange déchu, mais un être céleste qui reconnaissait en Jean un « compagnon de service » comme lui. Il nous reste maintenant à déterminer quel était le rôle exact des membres du Conseil Divin, c’est-à-dire de l’entourage céleste de Dieu ? C’est ce que nous ferons dans une prochaine étude. N’oubliez pas que vous pouvez retrouver la version audio de cet article en écoutant les deux podcasts correspondants.


A bientôt…


Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page