L’EXPERIENCE DU SAINT-ESPRIT

Za 4.6 : Ce n'est ni par la puissance ni par la force, mais c'est par mon Esprit, dit l'Eternel des armées.

Nous avons déjà vu l’importance du Saint-Esprit dans la vie du croyant, car sans sa présence et sa puissance, il est impossible de vivre la vie que Christ désire pour nous. Oh ! Bien sûr, nous pouvons produire une expression religieuse que nous nommerons « vie chrétienne », mais cela ne correspondra pas au christianisme selon Jésus...

Nous avons aussi considéré combien il est crucial de comprendre que le Saint-Esprit est une personne, et non pas une simple influence ou une force impersonnelle. Mais si le Saint-Esprit est une personne, comment pouvons-nous entretenir une communion personnelle avec lui, étant donné que nous ne le voyons pas ?


Avant tout, une relation entre deux personnes implique une interaction mutuelle. Elles communiquent entre elles. Elles font l’expérience l’une de l’autre. Prenons l’exemple d’un mari et de sa femme. Ils ont tous deux une relation d’intimité réciproque. Ils passent du temps ensemble, se parlent et se touchent. Le mari partage son cœur avec sa femme, et la femme partage le sien avec son mari. Ils se tiennent la main et se prennent dans les bras. Ils font des choses pour se plaire mutuellement. Ils expriment leur amour l’un envers l’autre. Il y a une interaction. C’est cela une relation, c’est cela une communion, n’est-ce pas ?


Supposons que je décide d’avoir une relation avec Napoléon Bonaparte (Je sais, c’est un drôle d’exemple, mais vous comprendrez pourquoi je l’ai choisi !). Je pourrais étudier sa vie pour apprendre à quoi il ressemblait. Je pourrais lire tous les livres qui ont été écrits sur lui. Je pourrais acquérir une certaine appréciation (ou aversion !) pour le genre de personne qu’il était et pour les choses qu’il a accomplies. Je pourrais même me rendre à son tombeau aux Invalides à Paris, m’y tenir tout près et lui adresser la parole. Mais je ne pourrais pas pour autant entrer en communion avec lui... Pourquoi ?