LA PUISSANCE DE LA LOUANGE

J’attire votre attention sur un étrange verset, il s’agit de 2 Co 10.4 : Car les armes avec lesquelles nous combattons ne sont pas charnelles ; mais elles sont puissantes, par la vertu de Dieu, pour renverser des forteresses. Pourquoi est-il étrange ? Parce qu’il est question d’armes... Mais je vous rassure, ce n’est pas un appel à la violence, car Paul fait référence à des armes spirituelles, raison pour laquelle il précise qu’elles ne sont pas charnelles.

Il est important d’explorer les armes spirituelles que Dieu nous a données pour vaincre l’ennemi de nos âmes. Ces armes possèdent une puissance qui vient de Dieu, et nous devons apprendre à les utiliser. Une de ces armes, c’est la puissance du sang de Jésus. Sachez que le diable fera tout pour vous détourner de cette révélation, en vous amenant sur le terrain de la logique et de la religion. Si vous êtes un lecteur de la Bible, vous noterez que le Nouveau Testament est rempli d’affirmation concernant l’efficacité du sang de Christ, ce qui est la preuve que les premiers chrétiens proclamaient ce qui leur appartenait grâce au sang de Jésus.


Une autre arme que nous devons apprendre à manier, c’est la puissance de la louange. Ce que beaucoup de croyants semblent ignorer ou oublier, c’est que la louange possède une double face, comme une pièce de monnaie. D’un côté, la louange est le protocole que nous devons observer pour nous approcher de Dieu et révérer sa présence, afin de nous présenter devant son trône, comme le déclare le Ps 100.4 : Entrez dans ses portes avec des louanges, Dans ses parvis avec des cantiques ! Célébrez-le, bénissez son nom !


Cela signifie que lorsque nous voulons entrer dans la présence de Dieu, nous devons le faire avec révérence, en le louant, en le célébrant, en exprimant notre affection pour le Seigneur. Savez-vous que dans l’Ancien Testament, il était interdit de se présenter devant Dieu sans lui offrir quelque chose, car nous lisons dans De 16.16 : On ne paraîtra point devant l’Eternel les mains vides. Il fallait toujours amener une offrande ou un sacrifice, c’était le protocole incontournable pour tous ceux qui souhaiter s’approcher de Dieu.