LE MYSTÈRE DE LA PRÉSENCE DE DIEU

Ps 97.5 : Les montagnes se fondent comme la cire devant l’Eternel, devant le Seigneur de toute la terre.

Tout d’abord, laissez-moi vous donner un bref aperçu du Psaumes 97. Son thème est la venue du Seigneur pour juger la terre et établir son règne (1-5). Il y est ensuite question de la différence que cette venue aura sur ses ennemis (6-9) et sur ses amis (10-12). Notre verset décrit un des effets de sa venue sur la terre, principalement sur les montagnes : il est dit qu’elles fondent comme la cire. Le verbe hébreu pour « fondent » signifie « dissoudre et disparaître ».


Ce verbe rappelle étrangement ce que l’apôtre Pierre dit concernant le jugement qui aura lieu à la fin des temps, avant la création des nouveaux cieux et de la nouvelle terre dans 2 P 3.10 : Le jour du Seigneur viendra comme un voleur ; en ce jour, les cieux passeront avec fracas, les éléments embrasés se dissoudront, et la terre avec les œuvres qu’elle renferme sera consumée.


Je crois que le psalmiste a vu prophétiquement ce qui se produira lorsque le Seigneur viendra en personne exercer ses jugements sur la terre et régner avec son peuple, à la fin des temps. La description est ahurissante. Elle indique que le Seigneur déploiera à ce moment une puissance phénoménale.


Dans l’expression « devant le Seigneur » du Ps 97, la préposition « devant » traduit l’h