LE RDV DE LA REPENTANCE

Dans un autre article, nous avons vu, grâce au prophète Jonas, que Dieu donne une nouvelle chance à ceux qui ont échoué après avoir pris une mauvaise décision. Cela nous a permis de comprendre que Dieu est en réalité le Dieu des recommencements. Nous avons découvert que les trois attitudes fondamentales pour recommencer avec Dieu sont : la repentance, l’obéissance et l’amour pour le Seigneur Jésus. Aujourd’hui, nous allons nous arrêter plus spécifiquement sur la notion de repentance.

Mais nous devons commencer par une question basique : qu’est-ce la repentance ? Si on demande à un croyant ce que veut dire se repentir, il y a de fortes chances qu’il réponde ceci : « C’est lorsque nous sommes convaincus de péchés, et que nous demandons à Dieu de nous pardonner ». C’est vrai, mais c’est en même temps plus que cela. Cette définition réduit trop la repentance, et concerne davantage la confession des péchés que la notion complète de la repentance.


Il s’agit également de la partie négative de la repentance, celle où nous nous débarrassons de ce qui est mauvais (= le péché), mais elle omet la partie positive de la repentance, celle où nous faisons ou ajoutons ce qui est bon à notre vie. C’est cet aspect positif de la repentance que nous devons connaître si nous nous engageons dans un processus de recommencement avec Dieu. Et ce versant positif de la repentance est exprimé par l’abréviation RDV. De quoi s’agit-il ? Vous pensez peut-être à l’expression « rendez-vous », car son abréviation est bien « rdv » ? Bien sûr, la repentance est un « rendez-vous » essentiel dans notre marche avec dieu, mais dans ce sigle, nous y avons mis plus que simplement « rendez-vous ». Mais alors, qu’est-ce que cela signifie exactement ?


Pour le savoir, nous allons nous tourner vers le fils prodigue dans Lu 15.11-24. Cette histoire, vous la connaissez probablement, aussi je me limiterai à la survoler. Elle commence ainsi : le benjamin d’une famille réclame sa part d’héritage, puis, va tout dépenser dans une vie de dissolution, selon Lu 15.11-13 :

11 Il dit encore : Un homme avait deux f