5 TESTS POUR EVALUER TOUTE DOCTRINE

Que vous disent les noms de T.D. Jakes, Creflo Dollar et Greg Boyd ? Les deux premiers sont peut-être plus connus que le troisième dans le monde francophone, mais ce sont tous des pasteurs de « megachurch » aux Etats-Unis. Voici un bref aperçu de ce qu’ils croient :

T.D. Jakes dit que Dieu existe éternellement en trois manifestations, mais pas qu’il n’est trois personnes.

Greg Boyd dit que Dieu connaît certains aspects de l'avenir, mais que plusieurs événements futurs lui sont inconnus.

Creflo Dollar dit que parce que nous sommes créés à l'image de Dieu, nous sommes des petits dieux.


Incroyable, n’est-ce pas ? Mais les organisations religieuses ne sont pas en reste lorsqu’il s’agit d’affirmer les bizarreries auxquelles elles croient :

L’église Mormone dit que Dieu a révélé à Joseph Smith de nouvelles écritures qui ont priorité sur la Bible.

L’église Catholique Romaine dit que nous sommes justifiés par la foi, mais pas par la foi seule, car il faut y ajouter les œuvres.


Ce que ces hommes d’influence et les églises nommées ont en commun, ce sont des croyances que la Bible ne cautionne pas. En réalité, l’Histoire nous apprend que pour chaque vraie doctrine, il semble y avoir plusieurs fausses doctrines qui cherchent à l’écarter.


Il n'est pas étonnant que Jean nous dise : « éprouvez les esprits » (1 Jn 4.1) et que Paul déclare : « examinez toute choses » (1 Th 5.21). C’est donc notre responsabilité, en tant que croyant, d'examiner chaque doctrine pour déterminer si elle est vraie ou fausse.


Mais comment distinguer une vraie doctrine d'une fausse ? Comment différencier les enseignants de la vérité des enseignants de l'erreur ? La réponse est simple : il faut mettre toute doctrine à l'épreuve, afin de déterminer si elle est vraie ou fausse. En testant la doctrine, nous découvrons la position que nous devons adopter envers elle : soit nous l’acceptons, soit nous la rejetons.


Dans cet article nous allons parler des cinq tests que nous devons appliquer pour vérifier la qualité de toute doctrine. Ces tests fournissent une grille utile pour éprouver n'importe quelle doctrine.


Test 1 : Le test de l'origine


Le premier critère est celui de l'origine. Pour faire simple : la saine doctrine provient de Dieu ; la fausse doctrine provient de quelqu'un ou de quelque chose créé par Dieu.


L'apôtre Paul s'est donné beaucoup de mal pour convaincre l'Eglise de la Galatie que l'Evangile qu'il enseignait n'était pas le sien, mais celui de Dieu. Nous lisons dans Ga 1.11-12 :

11 Je vous déclare, frères, que l’Evangile qui a été annoncé par moi n’est pas de l’homme ;

12 car je ne l’ai ni reçu ni appris d’un homme, mais par une révélation de Jésus-Christ.


Même Jésus a été clair à ce sujet, en déclarant qu'il n'enseignait que ce que Dieu lui avait demandé d'enseigner : Ma doctrine n’est pas de moi, mais de celui qui m’a envoyé (Jn 7.16). C’est une vérité que nous ne devons pas oublier : la vraie doctrine trouve son origine dans le Dieu qui ne ment pas (Tit 1.2).


C’est aussi simple que cela : un enseignement sain et véridique provient de Dieu, alors qu’un faux enseignement provient des hommes ou d’entités démoniaques.


Tout comme la vraie doctrine est marquée par son origine divine, la fausse doctrine est marquée par son origine humaine. Paul exhorte l’église de Colosses à s’éloigner des préceptes qui tous deviennent pernicieux par l’abus, et qui ne sont fondés que sur les ordonnances et les doctrines des hommes. (Col 2.22)


Mais la fausse doctrine peut également être marquée par son origine démoniaque. C’est ce que fait ressortir Paul lorsqu’il dit à Timothée que quelques-uns abandonneront la foi, pour s’attacher à des esprits séducteurs et à des doctrines de démons. (1 Ti 4.1)


Il n’y a donc que trois origines derrière chaque doctrine : Dieu, les hommes ou les démons. Le tout premier test consiste à découvrir laquelle de ces origines se trouve derrière ce qui est annoncé. Si c’est la première, c’est-à-dire l’origine divine, la doctrine doit être accepté, crue et mise en pratique, si ce sont les deux autres, humaine ou démoniaque, notre réponse doit être sans équivoque : cette doctrine doit être rejetée...


Le premier test s’articule autour de cette question : cette doctrine vient-elle de Dieu ou a-t-elle été fabriquée par quelqu'un ou quelque chose d'autre ?


Cela nous place devant une inévitable question : Comment déterminer l'origine d'une doctrine ? Parfois son origine est évidente, mais le plus souvent elle ne l'est pas. En cas d'incertitude, nous devons nous tourner vers notre deuxième test.


Test 2 : Le test de l'autorité


Le deuxième critère est celui de l'autorité. Une saine doctrine fonde son autorité sur la Bible ; une fausse doctrine fonde son autorité en dehors de la Bible.


La Bible est la révélation infaillible, inhérente, suffisante, complète et absolue de Dieu à l'humanité. Les doctrines qui ont leur origine dans la révélation transmise par l’Esprit de Dieu, sont enregistrées dans la Parole écrite de Dieu. Il y a ainsi une corrélation claire et nécessaire entre l'origine et l'autorité, entre Dieu et sa Parole.


Nous pouvons penser ici à l’attitude des nobles Béréens : Luc dit qu’ils reçurent la parole avec beaucoup d’empressement, et ils examinaient chaque jour les Ecritures, pour voir si ce qu’on leur disait était exact. (Ac 17.11). Ils savaient que toutes les doctrines qu’ils entendaient devaient être comparées à la Parole écrite de Dieu, la véritable source de vérité.


De même, Paul a loué les Thessaloniciens pour leur évaluation soigneuse de son enseignement, ainsi que de leur acceptation, parce qu'ils comprenaient l’autorité divine qui se trouvait derrière ce qu’il leur disait : C’est pourquoi nous rendons continuellement grâces à Dieu de ce qu’en recevant la parole de Dieu, que nous vous avons fait entendre, vous l’avez reçue, non comme la parole des hommes, mais, ainsi qu’elle l’est véritablement, comme la parole de Dieu, qui agit en vous qui croyez. (1 Th 2.13).


Le second test s’articule autour de cette question : Cette doctrine fait-elle appel à la Bible pour son autorité ? Ou fait-elle appel à un autre livre ou à un autre esprit ?


Mais une préoccupation demeure, car deux enseignants peuvent revendiquer l'autorité de la Bible tout en enseignant des choses très différentes. Cela nous amène à une autre question d’une importance capitale : Comment savoir quelle interprétation est correcte ? C'est ici que nous passons au troisième test.


Test 3 : Le test de la cohérence


Le troisième critère est celui de la cohérence, c’est-à-dire de son rapport et de son harmonie avec le reste de la Bible. Disons-le sans détour : la saine doctrine est cohérente avec l'ensemble de l'Écriture ; la fausse doctrine est incompatible avec certaines parties de l'Écriture.


Il y a une similitude ou une familiarité avec la vraie doctrine, et une anomalie ou une étrangeté avec la fausse doctrine. L’auteur de l’épître aux Hébreux fait une sérieuse mise en garde lorsqu’il dit : Ne vous laissez pas entraîner par des doctrines diverses et étrangères. (Hé 13.9). Paul, de son côté, a mis Timothée en garde contre le fait d'accepter d’autres doctrines (1 Ti 1.3), le terme grec pour « autres » signifiant « d’une nature différente ».


Ces deux mises-garde visent à souligner que la doctrine doit toujours être comparée au « corpus de vérité » établi et accepté. Ceux qui connaissent ce « corpus de vérité » sont les mieux placés pour identifier et réfuter immédiatement ce qui est faux.


Parce qu'il ne peut y avoir aucune contradiction dans la pensée de Dieu, il ne peut y avoir aucune contradiction dans la révélation de Dieu. Ceci est lié à un principe théologique clé nommé « l'analogie de la foi », qui est souvent expliqué par l'expression « L'Écriture interprète l'Écriture ».


Si la Bible trouve son origine dans la pensée infaillible de Dieu, elle doit être cohérente. Parce qu'il ne peut y avoir aucune contradiction dans la pensée de Dieu, il ne peut y avoir aucune contradiction dans la révélation écrite de Dieu. Ce que la Bible enseigne à un endroit, elle ne peut le réfuter à un autre.


Par conséquent, toute vraie doctrine doit être cohérente avec l'ensemble de l'Écriture.


La doctrine ne doit jamais être traitée isolément, mais toujours à la lumière d'une compréhension correcte de toute la Bible. Trop de faux enseignants isolent des versets ou des idées qui ne peuvent pas résister à l'examen minutieux de l'ensemble de la Bible.


Le troisième test s’articule autour de la question : Cette doctrine est-elle établie ou réfutée par l'ensemble des Écritures ? Répondre à une telle question, nécessitera de connaître la Bible, de comprendre la progression de sa révélation, ainsi que toutes les autres doctrines qu’elle contient.


Une fois que nous avons testé la doctrine et que nous l'avons trouvée vraie, selon ces trois premiers critères, nous pouvons aussi vérifier sa validité en examinant les effets qu’elle produit sur ceux qui la professent. Cela nécessite deux autres tests.


Test 4 : Le test de la croissance spirituelle


Le quatrième critère est celui de la croissance spirituelle. Une saine doctrine est bénéfique pour la santé spirituelle ; une fausse doctrine conduit à l’anémie spirituelle.


Après avoir instruit Timothée, Paul lui dit : En exposant ces choses aux frères, tu seras un bon ministre de Jésus-Christ, nourri des paroles de la foi et de la bonne doctrine que tu as exactement suivie. (1 Ti 4.6)


Timothée s'était formé à la connaissance de la Bible et de la doctrine chrétienne. Il s'était nourri des vérités auxquelles il avait été exposé depuis son enfance. Grâce à cette nourriture continuelle de la Parole de Dieu, Timothée était devenu spirituellement sain et fort.


Il avait accumulé une connaissance approfondie de Dieu et de sa Parole. C'est pourquoi Paul s’adresse à lui en disant « toi, homme de Dieu » (1 Ti 6.11), et en soulignant « la foi sincère qui est en toi » (2 Ti 1.5). La nourriture constante de la saine doctrine de la Parole de Dieu chez Timothée, avait fait de lui l'homme qu'il était.


Une saine doctrine produit des chrétiens spirituellement sains, mûrs et bien informés. La fausse doctrine rend spirituellement maladifs, immatures et ignorants des individus qui ne sont peut-être pas du tout chrétiens.


Test 5 : Le test de la vie pieuse


Le cinquième critère est celui de la vie pieuse. Une saine doctrine est à la base d’une vie pieuse, une fausse doctrine mène à une vie d’impiété. Il ne faut pas oublier que la vérité n'est jamais indépendante, mais qu’elle a toujours des implications dans la vie. La doctrine est destinée à conduire à la louange et à une vie utile. Paul déclare dans 2 Ti 3.16-17 :

16 Toute l’Ecriture est inspirée de Dieu, et utile pour enseigner, pour convaincre, pour corriger, pour instruire dans la justice,

17 afin que l’homme de Dieu soit accompli et propre à toute bonne œuvre.


L'Écriture ne doit pas être connue dans un sens abstrait, mais d’une façon intime. Il s'agit d'informer non seulement nos têtes, mais aussi nos cœurs et nos mains. Paul dit à Tite de proclamer les choses qui sont conformes à la saine doctrine (2.1), en lui rappelant que c’est ce qui est bon et utile aux hommes (3.8).


Ce qui s'accorde avec la saine doctrine, ce sont ses implications profondes, c’est-à-dire les devoirs qui en découlent. Ainsi, une saine doctrine nous apprend à vivre comme nous devrions vivre. Elle nous donne les moyens de faire les choses qui sont bonnes pour notre prochain et qui apportent honneur et gloire à notre Dieu.


Nous pouvons dire que la vérité n'a pas été saisie tant qu'elle n'a pas été vécue. Une saine doctrine nous sert de leçon en nous apprenant à vivre d'une manière qui plaît à Dieu. La fausse doctrine nous affaiblit en nous apprenant à vivre d'une manière qui déshonore Dieu.


Évaluation : déterminer la qualité


A ce stade, nous nous contentons d’examiner toutes les preuves des trois tests et de tirer une conclusion sur la qualité de la doctrine en question :


1) La saine doctrine trouve son origine en Dieu, elle est enregistrée dans la Parole de Dieu, elle est cohérente avec toute la révélation de Dieu, elle conduit à la santé spirituelle et à la vie pieuse.


2) La fausse doctrine provient d'hommes ou de démons, elle est étrangère à la Parole de Dieu, elle est incompatible avec l’ensemble de la révélation de Dieu, elle conduit à la faiblesse spirituelle et à une vie d’impiété.


La doctrine doit réussir tous les tests pour être validée. Si elle échoue à l'un d'entre eux, elle échoue à tous. Paul a instruit Timothée de la façon suivante : Retiens dans la foi et dans l’amour qui est en Jésus-Christ le modèle des saines paroles que tu as reçues de moi. (2 Ti 1.13). A Tite, il déclare : Pour toi, dis les choses qui sont conformes à la saine doctrine. (Tit 2.1)


La tâche du médecin est d'évaluer un patient pour le déclarer apte ou inapte. Le patient est en forme lorsque tout son corps fonctionne correctement, sans anomalie. De la même façon, la tâche du chrétien est d'évaluer chaque doctrine pour la déclarer apte ou inapte.


Le théologien John Stott le dit très bien : « La doctrine chrétienne est saine comme le corps humain est sain, car ils se ressemblent. Il s'agit d'un système coordonné, composé de différentes parties qui sont liées les unes aux autres et qui forment ensemble un tout harmonieux. Si notre théologie est mutilée ou malade, elle n'est pas saine ».


Une doctrine qui réussit les trois tests est une bonne doctrine. Elle est pure et sans tache, vraie selon la norme infaillible de la vérité de Dieu. Après avoir testé la doctrine et examiné ses effets, nous sommes en mesure de déterminer comment y répondre. Une saine doctrine doit être acceptée et tenue ferme ; une fausse doctrine doit être refusée et rejetée.


Quand Jésus parla aux croyants de Thyatire, il les félicita de s'accrocher à la vérité et leur dit « ce que vous avez, retenez-le jusqu’à ce que je vienne » (Ap 2.25). Paul décrit le pasteur d’une église locale comme un homme qui est attaché à la vraie parole telle qu’elle a été enseignée, afin d’être capable d’exhorter selon la saine doctrine et de réfuter les contradicteurs. (Tit 1.9)


Notre responsabilité est donc très claire : nous devons accepter et tenir ferme ce qui est vrai, et nous devons refuser et rejeter ce qui est faux. De même, l'église doit accueillir ceux qui enseignent une saine doctrine et réprimander ceux qui ne le font pas. S'ils ne tiennent pas compte de la correction, l'église doit les rejeter et se protéger de leur influence. Voici ce que nous pouvons dire en guise de résumé :


La vraie doctrine (contenu) provient de Dieu (origine), elle est enracinée dans la Bible (autorité), et est en accord avec l'ensemble de l'Écriture (cohérence). Parce qu'une telle doctrine est pure (qualité), elle est saine (bénéfice) et rentable (valeur) pour nous, et nous sommes tenus de la garder (responsabilité).


La fausse doctrine (contenu) provient de l'homme (origine), n'est pas fondée sur la Bible (autorité), et contredit certaines parties des Écritures (cohérence). Parce que cette doctrine n'est pas pure (qualité), elle est malsaine (bénéfice) et non rentable (valeur) pour nous, et nous sommes tenus de la rejeter (responsabilité).

90 vues