LA MAIN DE DIEU

Le 22 juin 1986, au Stade Aztèque de Mexico, l’Argentine et l’Angleterre s’affrontaient en quart de finale de la coupe du monde de football de 1986. Le match fut gagné par l’Argentine sur le score de 2-1. C’est Diego Maradona qui fut l’auteur des deux buts de la victoire devant 115.000 spectateurs : un but marqué en dribblant la moitié de l'équipe adverse et un autre « entaché » d'une faute de la main. Lorsqu’on lui demanda d’expliquer son geste, sa réponse fut : « Ce but, je l'ai marqué un peu avec la tête et un peu avec la main de Dieu (=Mano de Dios) ».


L’expression n’est pas propre à Maradona, car elle est empruntée à la Bible lorsqu’un évènement hors du commun se produit. Pour notre édification, je vous propose dans cet article une réflexion sur le sujet la main de Dieu. Je souhaite vous aider à comprendre le sens d’une expression que l’on rencontre à plusieurs reprises dans les Saintes Ecritures. Qu’est-ce que cela veut dire ? Que pouvons-nous y apprendre ? Quelle importance pour notre vie chrétienne ?...


Tout d’abord, la main de Dieu est une expression anthropomorphique pour désigner la manifestation, l’action et la puissance de Dieu. Cela signifie que la Bible emploie des noms de membres du corps humain pour décrire une qualité ou une action de Dieu. Par exemple, il est parfois question de l’oreille de Dieu, comme dans le Ps 116.2 : Car il a penché son oreille vers moi ; Et je l’invoquerai toute ma vie. Cela signifie simplement que Dieu a non seulement été attentif à la prière, mais qu’il a aussi exaucé la prière du psalmiste.


De la même façon, la main de Dieu révèle certaines qualités et certaines actions de Dieu. Ces actions peuvent être positives ou négatives, c’est-à-dire qu’elles peuvent faire du bien ou du mal. Elles révèlent soit la bonté, soit la sévérité de Dieu, qui agit toujours pour sa gloire. Lisons deux textes avant d’aller plus loin :

Ex 9.3 : Voici, la main de l’Eternel sera sur tes troupeaux qui sont dans les champs, sur les chevaux, sur les ânes, sur les chameaux, sur les bœufs et sur les brebis ; il y aura une mortalité très grande.