RENCONTRE AVEC DIEU

Pour commencer cet article, lisons cette déclaration de l’apôtre Paul dans 1 Co 10.11 : Ces choses leur sont arrivées pour servir d’exemples, et elles ont été écrites pour notre instruction, à nous qui sommes parvenus à la fin des siècles. Comprenez-vous ce que Paul nous dit ici ? Laissez-moi vous le dire :

Les récits de l’ancien Testament sont des sources d’instruction pour nous aujourd’hui : ils nous permettent d’apprendre des principes spirituels importants si nous voulons vivre avec Dieu. Un de ces principes, c’est le besoin d’avoir une rencontre avec Dieu, non pas une fois seulement, mais autant de fois que cela est nécessaire. Nous en avons l’illustration dans la vie de Moïse, en commençant par Ex 24.12-18 :

12 L’Eternel dit à Moïse : Monte vers moi sur la montagne, et reste là ; je te donnerai des tables de pierre, la loi et les ordonnances que j’ai écrites pour leur instruction.

13 Moïse se leva, avec Josué qui le servait, et Moïse monta sur la montagne de Dieu.

14 Il dit aux anciens : Attendez-nous ici, jusqu’à ce que nous revenions auprès de vous. Voici, Aaron et Hur resteront avec vous ; si quelqu’un a un différend, c’est à eux qu’il s’adressera.

15 Moïse monta sur la montagne, et la nuée couvrit la montagne.

16 La gloire de l’Eternel reposa sur le mont Sinaï, et la nuée le couvrit pendant six jours. Le septième jour, l’Eternel appela Moïse du milieu de la nuée.

17 L’aspect de la gloire de l’Eternel était comme un feu dévorant sur le sommet de la montagne, aux yeux des enfants d’Israël.

18 Moïse entra au milieu de la nuée, et il monta sur la montagne. Moïse demeura sur la montagne quarante jours et quarante nuits.


Nous pourrions dire que cet épisode illustre notre rencontre initiale avec Dieu, c’est-à-dire la première rencontre qui nous introduit dans une relation vivante avec le Seigneur. J’ai quand même l’impression que ce type de rencontre manque à beaucoup de chrétiens.


J’ai peur que trop de chrétiens se contentent de croire aux vérités de l’Evangile, et d’avoir un assentiment mental par rapport aux grandes doctrines de la Bible. Bien sûr, ils sont sauvés car ils croient en Jésus comme sauveur et Seigneur, et vivent la vie de la foi avec sincérité. Mais il leur manque une rencontre avec la personne du Seigneur. Et je parle d’une rencontre personnelle et tangible, qui rend Jésus réel à leur cœur.


Je vous propose de regarder de plus près le déroulement de cette rencontre entre Moïse et Dieu, et de découvrir ce qui s’y passe. Je vois dans notre texte 5 points importants qui caractérisent cette rencontre entre Dieu et Moïse :

1) Tout commence par l’appel de Dieu au v.12 : L’Eternel dit à Moïse : Monte vers moi sur la montagne, et reste là. Notons que Moïse devait faire deux choses : monter vers une personne : Dieu ; puis, il devait rester là devant cette même personne, à savoir : Dieu. Est-il nécessaire de rappeler que l’Evangile est l’appel de Dieu adressé à l’homme pour que celui-ci vienne à lui ?


2) Ensuite, Moïse répond à l’appel que lui a adressé le Seigneur au v.13 : Moïse se leva, avec Josué qui le servait, et Moïse monta sur la montagne de Dieu. Si grand que puisse être l’appel de Dieu, s’il n’y a pas de réponse de notre part, il n’aura pas d’impact dans notre vie. Dans l’Evangile, Jésus appelle à lui ceux qui sont fatigués et chargés, mais ils doivent répondre s’ils veulent trouver le repos promis (Mt 11.28).


3) La réponse à l’appel produit une différence au v.15 : Moïse monta sur la montagne, et la nuée couvrit la montagne. Je vous demande de noter ce qui suit : ce n’est qu’après que Moïse soit monté sur la montagne, en réponse à l’appel de Dieu, que la nuée de la gloire couvrit la montagne ! Nous apprenons ici que celui qui répond à l’appel de l’Evangile entre dans la sphère de la présence de Dieu. Entendre cet appel ne suffit pas, il faut venir au Seigneur par un acte de foi, et alors, l’accès à la présence de Dieu lui est offert... mais ce n’est pas encore la rencontre ! Il manque encore un élément que nous trouvons dans le 4ème point :


4) Il faut prendre le temps et se rendre disponible devant Dieu, comme cela est indiqué au v.16 : La gloire de l’Eternel reposa sur le mont Sinaï, et la nuée le couvrit pendant six jours. Le septième jour, l’Eternel appela Moïse du milieu de la nuée. Comprenons-nous que Moïse a attendu pendant 6 jours devant Dieu, et ce n’est que le 7ème jour que Dieu l’a appelé ? Qui a suffisamment de patience et de désir pour Dieu pour aller plus loin que la sphère de sa présence, et pour le rencontrer face à face ?


Ce désir pour Dieu aura pour résultat un autre appel, car après avoir appelé Moïse à monter sur la montagne, maintenant Dieu l’appelle à entrer au milieu de la nuée, c’est-à-dire là où il pourra le rencontrer. Cette nuée servait à recouvrir la gloire de Dieu qui était en réalité un feu selon le v.17 : L’aspect de la gloire de l’Eternel était comme un feu dévorant sur le sommet de la montagne, aux yeux des enfants d’Israël.


Dieu veut cela pour ses enfants : que nous soyons touchés par le feu de sa présence. C’est ce feu qui consume nos péchés, nos faiblesses, nos tendances charnelles, et c’est ce feu qui nous rend fervent pour Dieu. Bien sûr, je ne parle pas d’un feu matériel, comme en a été témoin Moïse, mais je parle de la puissance de la présence divine qui brise les chaînes dans la vie de celui ou celle qui rencontre la personne de Dieu.


Venir à Jésus, ce n’est pas juste changer sa façon de penser, et adopter un autre paradigme, non ! C’est plus que cela ! C’est être touché par le Seigneur. C’est être pénétré par sa réalité. C’est voir l’invisible avec les yeux du cœur ! C’est rencontrer une personne glorieuse qui envahit la conscience et l’illumine de la lumière de la vie. Et finalement :


5) Quand nous nous rendons disponible devant Dieu, il nous conduit dans une rencontre directe avec lui et une expérience plus profonde, qui nous rend capables d’avoir une communion surnaturelle avec lui. Regardez le v.18 : Moïse entra au milieu de la nuée, et il monta sur la montagne. Moïse demeura sur la montagne quarante jours et quarante nuits.

Par communion surnaturelle, je veux dire : ressentir sa présence, et non pas seulement croire en lui (cela, tout le monde peut le faire !). Le connaître intimément et passer encore plus de temps dans sa présence. Il n’y a que la présence de Dieu qui puisse nous révéler la présence de Dieu. La présence de Dieu ne s’apprend pas dans un ouvrage de théologie : c’est une expérience marquante. Beaucoup de chrétiens en ont besoin aujourd’hui...


Ex 31.18 : Lorsque l’Eternel eut achevé de parler à Moïse sur le mont Sinaï, il lui donna les deux tables du témoignage, tables de pierre, écrites du doigt de Dieu.

A l’issu de cette rencontre, Moïse reçut les tables de la loi écrites du doigt de Dieu. C’est l’image de l’œuvre profonde que seul Dieu peut accomplir dans notre esprit, et qui consiste à révéler et à imprimer en nous sa volonté.


Hé 10.16 : Voici l’alliance que je ferai avec eux, Après ces jours-là, dit le Seigneur : Je mettrai mes lois dans leur cœur, Et je les écrirai dans leur esprit.

La nécessité de marcher avec Dieu n’est plus imposée de l’extérieur, mais elle devient partie intégrante de notre cœur. C’est depuis l’intérieur que nous avons ce désir qui nous pousse à vouloir toujours plus de Dieu. Mais après cette glorieuse expérience de Moïse, il y a eu l’épisode du veau d’or, lorsqu’Israël s’est détourné de Dieu pour adorer une idole faite de main d’homme. Cela a changé quelque chose chez Moïse.


Ex 32.19 : Et, comme il approchait du camp, il vit le veau et les danses. La colère de Moïse s’enflamma ; il jeta de ses mains les tables, et les brisa au pied de la montagne.

Il semble que Moïse ait perdu les bénéfices de ce pour quoi il avait rencontré Dieu : avec colère, il brisa les tables de la loi écrites par Dieu. C’est l’image des situations négatives qui surgissent et nous font perdre conscience de Dieu. Nous continuons de croire en Dieu (mais si parfois, nous ne croyons plus réellement), mais nous n’arrivons plus à sentir sa sublime présence, nous sommes comme privés de cette communion que nous avions découvert quand nous l’avions rencontré.


Les tables brisées sont l’image du désir pour Dieu, du zèle que nous avions dans notre cœur, mais qui se sont refroidis. La vie spirituelle devient dure, difficile. A la place de la communion vivante, il y a une religion froide. Nous continuons à faire les mêmes choses : nous chantons, nous prions, nous venons à l’église, etc. mais il y a une baisse de vie, une diminution de l’onction, une perte de vitesse spirituelle... Quand cela arrive, il faut de nouveau rencontrer Dieu selon Ex 34.1-2 :

1 L’Eternel dit à Moïse : Taille deux tables de pierre comme les premières, et j’y écrirai les paroles qui étaient sur les premières tables que tu as brisées.

2 Sois prêt de bonne heure, et tu monteras dès le matin sur le mont Sinaï ; tu te tiendras là devant moi, sur le sommet de la montagne.


Tout comme Moïse, nous avons parfois besoin que Dieu écrive à nouveau sur les tables de nos cœurs, c’est-à-dire qu’il ranime la réalité de sa présence dans notre vie. Pour cela, nous devons rechercher une nouvelle rencontre avec le Seigneur. C’est pourquoi Dieu dit à Moïse de monter à nouveau sur la montagne.


Ex 34.28 : Moïse fut là avec l’Eternel quarante jours et quarante nuits. Il ne mangea point de pain, et il ne but point d’eau. Et l’Eternel écrivit sur les tables les paroles de l’alliance, les dix paroles.

Il n’y a pas de raccourcis avec Dieu : nous devons chercher sa présence ! Nous devons chercher à communier avec lui, nous devons chercher à le rencontrer afin d’expérimenter un renouveau dans notre vie. Il nous faut être honnête avec nous-mêmes : le moment n’est-il pas venu pour nous de rencontrer tout à nouveau le Seigneur ? Où allons-nous nous contenter d’une expérience faite il y a plusieurs années en arrière, et dont la réalité s’est dissipée avec le temps et les aléas de la vie ?


Ex 34.29 : Moïse descendit de la montagne de Sinaï, ayant les deux tables du témoignage dans sa main, en descendant de la montagne ; et il ne savait pas que la peau de son visage rayonnait, parce qu’il avait parlé avec l’Eternel.

Moïse a passé du temps avec Dieu, et a absorbé sa présence à un point tel que la peau de son visage s’est mis à briller. Le texte dit littéralement « à envoyer des rayons ». Cela nous apprend que chaque nouvelle rencontre avec Dieu augmente la réalité de la substance divine dans notre vie, et que cela sera perceptible par les autres autour de nous.


Alors la question est : Que Faire ? Je ne vais pas tourner autour de pot. Je croix que tout est une attitude de cœur. Il ne s’agit pas de trouver une formule miracle, mais il faut ajuster notre cœur, afin qu’il réagisse d’une manière qui plaît à Dieu qui prendra alors plaisir à nous rencontrer tout à nouveau. Et quelle est-elle cette attitude de cœur ?


Je termine en vous donnant la réponse. L’attitude de notre cœur doit être celle de David dans le Ps 42.3 : Mon âme a soif de Dieu, du Dieu vivant : Quand irai-je et paraîtrai-je devant la face de Dieu ? Voulons-nous une nouvelle rencontre avec Dieu ? Alors amenons notre cœur à cette attitude de soif par rapport à Dieu. Mes amis, ayez un cœur assoiffé de Dieu ! Priez pour cela. Dites-lui : « Seigneur, mets dans mon cœur une plus grande soif de toi... »


A bientôt...



Posts récents

Voir tout